NIGERIA: L’ONU SUSPEND L’AIDE HUMANITAIRE APRES L’ASSASSINAT DE TROIS DE SES COLLABORATEURS PAR BOKO HARAM. AFRIK-INFORM

 

L'ONU a annoncé ce samedi la suspension de son aide humanitaire à Rann après la mort de trois de ses collaborateurs dans une attaque du groupe islamiste Boko Haram dans cette localité du nord-est du Nigeria.

Par Bianca Fatou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

L'attaque s'est produite jeudi soir dans cette localité, proche du Cameroun, où se trouve un camp de déplacés et où près de 80.000 personnes dépendent de l'aide alimentaire et sanitaire. Un travailleur humanitaire a aussi été grièvement blessé dans l'attaque et trois autres sont portés disparus. Huit soldats nigérians d'une base militaire proche du camp de déplacés, qui était apparemment visée, ont également été tués. Les opérations à Rann ont été temporairement suspendues pour une semaine   a déclaré une porte-parole de l'ONU à Abuja, Samantha Newport.

Les travailleurs humanitaires tués à Rann étaient médecins et coordinateurs dans un camp auprès de 55 000 réfugiés qui fuient les assauts de Boko Haram. L’ONU a immédiatement condamné l’attaque, avant d’annoncer l’arrêt provisoire de l’activité humanitaire dans la localité.

A lire...AFRIQUE : AMNESTY INTERNATIONAL ACCUSE LE CAMEROUN D’UTILISER BOKO HARAM POUR TORTURER LES POPULATIONS.

Pour Samantha Newport, la porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires à Abuja, il s’agit simplement d’un repli stratégique : « dans les prochains jours nous devrons faire un inventaire des dégâts sur notre équipement dans la localité de Rann », explique-t-elle. « Nous allons également faire un état des lieux de la situation sécuritaire pour être sûrs que l’aide humanitaire peut continuer à être prodiguée. »

L’attaque a eu lieu près d’une base de l’armée nigériane. Selon l’ONU, la cible était l’armée, mais les humanitaires sont aussi menacés par les assauts de Boko Haram. Samantha Newport rappelle qu’il « y a 3 000 travailleurs humanitaires dans le nord-est du Nigeria. Plus de la moitié sont des Nigérians et c’est le cas de ceux qui ont subi l’attaque de Rann. Il est absolument indispensable d’assurer la sécurité de ces personnes et celle de tous les humanitaires dans cette région ».

0
0
0
s2sdefault