GAMBIE : YAHYA JAMMEH TRAÎNÉ EN JUSTICE PAR DES MALADES DE SIDA POUR FAUSSE PROMESSE DE GUÉRISON. AFRIK-INFORM

 

L’ex président Gambien Yahya Jammeh qui avait prétendu avoir trouvé le remède du Sida est traîné en justice pour avoir  promis une guérison mystique à des malades de Sida.

Par Bianca Fatou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Trois malades ayant consommé les produits contre le sida inventés par Yahya Jammeh ont porté plainte. Ils affirment avoir servi de cobayes aux prétendus traitements de l'ex-président Yahya Jammeh. En exil en Guinée Equatoriale depuis 2017, il se disait doté de dons dons mystiques, notamment de pouvoir guérir l'asthme, l'épilepsie, la stérilité et le sida avec des plantes et des incantations.

Ils réclament des dommages intérêts pour détention illégale, et traitement inhumain et dégradant pendant qu'ils étaient soumis aux soi-disant remèdes de l'accusé contre le VIH/sida. Il s'agit de deux hommes de 64 et 63 ans et d'une femme de 51 ans, appartenant tous trois à des associations de soutien aux malades du sida, selon le texte de la plainte.

Ceci intervient  après l'annonce  par Yahya Jammeh de sa "découverte" d'un remède contre le sida en janvier 2007. Ils affirment que Yahya Jammeh leur interdisait d'utiliser des antirétroviraux pendant toute la durée de son traitement, qui s'est poursuivi jusqu'en juillet 2007, période pendant laquelle ils ont été privés de leur liberté de mouvement.

A lire...GAMBIE: YAYAH JAMMEH REJETTE LES RESULTATS DES PRESIDENTIELLES ET DEPLOIE L’ARMEE

Seulement voilà. L’invention du “Docteur” Jammeh n’a pas marché. Les patients ont ressenti plusieurs effets indésirables dont des vomissements. Et à mesure que s‘écoulait le temps, la santé des patients de Jammeh ne faisait que se détériorer au point que nombreux d’entre eux ont fini par mourir, assurent leurs proches. Ils avaient peur de critiquer le président lorsqu’il était au pouvoir. Les médecins et les patients étaient obligés de reconnaître que ses médicaments fonctionnaient.

0
0
0
s2sdefault