UNION AFRICAINE : LE NIGERIA REFUSE DE SIGNER L’ACCORD DE LIBRE ECHANGE. AFRIK-INFORM

 

Ce 2 Juillet, au moment où s’achève le 31eme sommet de l’Union Africaine, le processus d’instauration d’une zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) était au cœur des échanges des chefs d’Etat. Selon le rapport d’étape présenté par le président nigérien, le processus est bien avancé et 5 nouveaux pays ont rejoint les 44 autres ayant déjà signé l’accord sauf le Nigéria.

 

Par Christ pharel

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le 33e sommet ordinaire de l’UA est prévu pour se tenir à Niamey, avec l’effectivité de la zone de libre-échange continentale (Zlecaf). C’est-à-dire que d’ici 2019, il faut qu’au moins 22 pays aient ratifié l’accord dans le sillage de la signature du texte, approuvé le 21 mars dernier à l’occasion du dernier sommet extraordinaire de Kigali.

L’Afrique du sud a rejoint les signataires après la Sierra Leone, la Namibie, le Lesotho, le Burundi. Désormais 49 pays vont se joindre à l’accord. Le chef d’Etat nigérien qui a souligné que d’ores et déjà, le Kenya et le Ghana ont été les premiers à déposer simultanément leurs instruments de ratification depuis le 10 mai 2018. Le Rwanda a aussi déposé ses instruments de ratification le 27 mai et a été le premier à déposer les instruments de ratification du Protocole sur la libre circulation des personnes alors que le Niger a déposé ses instruments de ratification le 8 juin 2018.

A lire...NIGERIA : LE PRÉSIDENT BUHARI BOYCOTTE LE SOMMET DE L’UNION AFRICAINE. AFRIK-INFORM

En plus des six pays qui ont déjà ratifiés le texte, deux nouveaux pays, l’Eswatini (ex-Swaziland) et le Tchad ont profité du sommet de Nouakchott pour déposer leurs instruments de ratification. Au total donc, 8 pays ont franchi le pas alors qu’il faudrait 22 ratifications pour l’entrée en vigueur de l’accord. Ce que l’UA espère atteindre d’ici fin 2019 et pour le reste des pays signataires d’ici mars 2019 pour engager véritablement le processus. En ce sens le président de l’UA, le chef d’Etat rwandais Paul Kagamé, tout comme le président de la Commission de l’UA, Moussa Mahamat-Faki, se sont joint au président nigérien pour plaider auprès des autres pays encore réticents, à se greffer à la dynamique continentale.

0
0
0
s2sdefault