SUPPORTER N °1 DU FOOTBALL
VOTRE SITE DE PARI EN LIGNE
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT

AFRIQUE – LA FRANCE MULTIPLIE PAR 16 LES FRAIS UNIVERSITAIRES POUR LES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS. AFRIK-INFORM

 

Le Premier ministre français Édouard Philippe a appris ww.afrik-inform.com vient  d’annoncer l’augmentation des coûts des formations dans le public pour les étudiants étrangers.  Ces derniers devront désormais s’acquitter de 2 800 € de frais de scolarité pour une licence et de 3 800 € pour un master, contre respectivement, 170 € et 243 € jadis.

Par Christ Pharel

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Un changement de cap radical dans la stratégie  de la France pour attirer  des étudiants étrangers. En cohérence avec la politique d’immigration choisie par le président Emmanuel Macron. Mesure justifiée par les objectifs d’augmenter le nombre d’étudiants étrangers, de financer les bourses des étudiants français par ceux-ci et ainsi gagner la concurrence internationale en accueillant les élèves les plus brillants et les plus méritants. Tout ceci afin d’opérer une révolution pour que l’attractivité de la France ne soit plus fondée sur la quasi-gratuité mais sur un vrai choix, un vrai désir, celui de l’excellence. D’après le premier ministre.

A lire...CAMEROUN - ÉDUCATION : PAUL BIYA RÉAGIT SUITE À LA MENACE DE FAIRE GRÈVE DES DOCTEURS PHD SANS EMPLOI ET ORDONNE LEUR RECRUTEMENT DÈS 2019. AFRIK-INFORM

Jusqu’ici, les étudiants étrangers payaient les mêmes droits que les Français, soit 170 euros pour une année de formation en licence, 243 euros en master et 380 euros en doctorat. À partir de la rentrée 2019, ils devront s’acquitter de 2 770 euros en licence et 3 770 euros en master et doctorat, soit « un tiers du coût réel » d’un étudiant étranger pour les finances publiques, a indiqué le Premier ministre français Édouard Philippe, dans une allocution tenue lors des Rencontres universitaires de la Francophonie.

Critiquée en France par les principaux syndicats étudiants, cette décision surprend également le continent africain. Une annonce très mal accueillie, tant dans les milieux étudiants que chez les professionnels de l’enseignement supérieur.

Dans son allocution consistant à exposer la nouvelle stratégie française d’attractivité des étudiants internationaux, Édouard Philippe a en effet affirmé vouloir attirer plus d’étudiants étrangers : « Notre objectif est d’atteindre 500 000 étudiants en mobilité à l’horizon 2027 », a-t-il indiqué.

0
0
0
s2sdefault