SUPPORTER N °1 DU FOOTBALL
VOTRE SITE DE PARI EN LIGNE
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT

ONUSIDA-SANTE : LE SIDA TUE DE MOINS EN MOINS. AFRIK-INFORM

 

Ce jeudi 22 Novembre,  le rapport mondial du Programme commun des Nations unies sur le VIH/sida (Onusida) a été rendu  public à Abidjan à appris www.afrik-inform.com. Le nombre de personnes vivant avec le VIH est passé de 36,3 millions en 2016 à 36,9 millions en 2017, tandis que le nombre de décès a été réduit de 990 000 à 940 000.

Par Bianca Fatou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le rapport de l’ONUSIDA  indique des avancées, malgré la légère hausse du nombre de personnes vivant avec le Virus de l’immunodéficience humaine (VIH) – 36,9 millions, dont 35,1 millions d’adultes et 1,8 million d’enfants de moins de 15 ans. Augmentation liée principalement à de nouvelles infections, estimées à 1,8 million de nouveaux cas (à titre de comparaison, ils étaient 1,9 million en 2016 et 2,8 millions en 2000). Parmi les patients infectés, 21,7 millions ont eu accès à la thérapie antirétrovirale en 2017, soit 2,3 millions de plus depuis 2016.

A lire...CONGO - SANTÉ – EBOLA : MALGRÉ DE NOMBREUX MORTS, L\'ÉPIDÉMIE NE CONSTITUE PAS UNE URGENCE DE SANTÉ PUBLIQUE INTERNATIONALE. AFRIK-INFORM

Grâce aux dépistages, 75 % des malades savaient qu’ils vivaient avec le VIH en 2017 – ce qui fait tout de même 9,4 millions qui n’en étaient pas conscients. C’est ce qui explique en partie le nombre encore élevé de décès liés au sida, à savoir 940 000 personnes (contre 990 000 en 2016 et 1,5 million en 2000). Depuis le début de l’épidémie, 35,4 millions de décès ont été enregistrés des suites de maladies liées au sida, pour un total de 77,3 millions d’individus infectés, soit une mortalité d’environ 50%.

Pour faire reculer la maladie, L’ONUSIDA mise  au cours des prochaines années, sur l’importance d’une approche dite des « 5 C », à savoir consentement, confidentialité, conseil, conformité des résultats du dépistage et connexion à la prévention, aux soins et au traitement.

0
0
0
s2sdefault