SUPPORTER N °1 DU FOOTBALL
VOTRE SITE DE PARI EN LIGNE
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT

FRANCE- AFRIQUE - ULTIMATUM : LE SÉNÉGAL EXIGE QUE LA FRANCE RAPATRIE TOUTES SES ŒUVRES. AFRIK-INFORM

 

Ce mardi a appris afrik-inform.com, le ministre sénégalais de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, a demandé la restitution par la France de “toutes les œuvres identifiées comme étant celles du Sénégal”, quelques jours après la publication d’un rapport sur le patrimoine africain commandé par le président Emmanuel Macron.

Par Bianca Fatou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

"Nous sommes disposés à trouver des solutions avec la France. Si nous avons 10 000 (pièces identifiées comme étant originaires du Sénégal. Nous souhaitons avoir les 10 000", a déclaré Abdou Latif Coulibaly lors de la présentation à la presse du Musée des civilisations noires, qui sera inauguré à Dakar le 6 décembre.

Emmanuel Macron doit prendre une décision après le dépôt le 23 novembre, à sa demande, du rapport de deux universitaires, Bénédicte Savoy du Collège de France. Ce rapport suggère notamment un changement radical de la loi française sur le patrimoine pour redonner à l’Afrique une partie de son patrimoine.

A lire...FRANCE – SOCIETE : PLUS DE 300.000 MANIFESTANTS FRANÇAIS INONDENT LA CAPITALE. AFRIK-INFORM

 Le président de la République avait décidé de restituer 26 œuvres réclamées par le Bénin, actuellement exposées au musée du quai Branly. Le chef de l’État souhaite impliquer les autres ex-puissances coloniales pour définir le cadre d’une "politique d’échanges" d’œuvres d’art avec l’Afrique. Entre 85 à 90% du patrimoine africain serait hors du continent, principalement dans les musées européens, selon les experts.

L’idée d’un MCN au Sénégal avait été lancée par le président-poète Léopold Sédar Senghor, premier chef d’Etat du Sénégal (1960-1980), lors du premier festival mondial des arts nègres organisé en 1966 au Sénégal, mais les travaux n’ont été lancés que sous la présidence d’Abdoulaye Wade (2000-2012). Un projet panafricain. Il y aura une facette de chaque partie de l’Afrique. Affirme  son directeur, M. Bocoum, chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et archéologue de formation.

0
0
0
s2sdefault