SUPPORTER N °1 DU FOOTBALL
VOTRE SITE DE PARI EN LIGNE
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT

CAMEROUN - SOCIÉTÉ : LES HABITANTS DE DOUALA BOULEVERSÉS PAR LE RETRAIT DE LA CAN 2019. AFRIK-INFORM

 


Vendredi 30 novembre 2018, à l’annonce de la nouvelle du retrait de la Coupe d’Afrique des nations 2019 au Cameroun, cette décision prise par la CAF a plongé une frange des Camerounais en grande inquiétude dans la capitale économique

Par Eric NGOULE (stagiaire)

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.



Victor KENGNE, la trentaine révolue, jeune entrepreneur , propriétaire d’un nouveau hôtel né du projet de la CAN 2019 en plein cœur de la capitale économique, n’a manqué à aucun rendez-vous continental depuis la CAN 2008 qui avait eu lieu au Ghana. Le jeune globe-trotter a parcouru le continent depuis lors et rêvait impatiemment d’accueillir chez lui au Cameroun les peuples d’Afrique à l’occasion de la CAN 2019, dont l’organisation avait été attribuée au Cameroun en septembre 2014. Hélas, le rêve de Victor ne se réalisera point. Lui qui espérait rendre la politesse à la foultitude d’amis qu’il s’est fait à travers le continent.

La CAF en a décidé autrement, en retirant la compétition au Cameroun, à sept mois du coup d’envoi prévu en juin 2019. «N’est-ce pas une malchance ? Pourquoi Ahmad peut-il nous faire un coup pareil après sa visite ici, où il a même rencontré Paul Biya ? Les vraies raisons de cette affaire sont sans doute ailleurs. Le problème des infrastructures n’est pas une raison valable», explique-t-il. Ces interrogations du jeune entrepreneur sont malheureusement celles qui traversent l’esprit de nombreux camerounais en ce moment. Dans les taxis, les rues, les bistrots…, ils s’étripent autour de cette nouvelle avec des appréciations mitigées.

A lire...CAMEROUN-CAN 2019 : MM-10 : QUE VALENT ENCORE LES LATERAUX CAMEROUNAIS ? AFRIK-INFORM

D’un côté, il y en a qui, comme victor KENGNE, sont habités par un sentiment de trahison de la part du Président de la CAF, et qui rêvaient de grandes opportunités d’affaire durant cette grand’messe du football. Et de l’autre côté, une frange de la population qui ne semble pas émue pas ce retrait, qui était somme toute prévisible, selon Patrick NLATE interrogé par Afrik Inform. Ce dernier appartient à la catégorie des sceptiques qui ont toujours considéré une CAN au Cameroun comme une chimère, en raison du laxisme des autorités camerounaises. «Rien ne justifie que pour une CAN qu’on nous a attribué en 2014, qu’on ne soit pas prêts en 2018. Les gens ont passé le temps à dormir pour se réveiller à la dernière minute. C’est bien que ça nous arrive, pour que Paul Biya s’intéresse au moins aux vrais problèmes de ce pays. Il y a l’insécurité un peu de partout, et c’est une vraie préoccupation, contrairement à la CAN qui selon moi n’est pas indispensable. Par contre, les populations ont besoin de sécurité», explique- t-il.

En dépit de tout, ce sont les populations qui en sortent éplorées, elles qui avaient longtemps rêvé d’une deuxième CAN au Cameroun après celle de 1972. Elles n’auront pas la possibilité d’accueillir ce peuple bigarré d’Afrique sur leur terre, et de vivre l’effervescence qui va avec. Et pour se consoler, certains citoyens camerounais appellent de tout leur vœux à une purge générale et que les responsabilités de cet échec soient établies le plutôt possible

0
0
0
s2sdefault