INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES
LE SMARTPHONE QU'IL VOUS FAUT

CAMEROUN-SOCIÉTÉ: UN MALADE MENTAL INTERPELLÉ DANS LA VILLE DE BANGANGTE POUR DES MESSAGES HAINEUX CONTRE LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE. AFRIK-INFORM

Information
13 mars 2019

CAMEROUN-SOCIÉTÉ: UN MALADE MENTAL INTERPELLÉ DANS LA VILLE DE BANGANGTE POUR DES MESSAGES HAINEUX CONTRE LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE. AFRIK-INFORM

 

Il y'a une semaine seulement, un homme aux allures d'un citoyen déraisonné, inscrivait sur les murs de certains édifices publics de la ville de Bangangte des propos jugés déplacés à l'endroit du Président Paul Biya. C'est ainsi donc que les forces de sécurité ont procédé à son arrestation lundi dernier, dans l'optique de voir plus clair dans cette affaire.

Abdoulaye Raman (stagiaire)

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

C'est un homme doté d'un accoutrement malpropre et d'une plume peu médiocre qui parcourt les artères de la ville de Bangangte avec pour seul objectif peindre les murs des édifices publics, autres endroits placés à l'air libre d'illustrations écrites sur lesquelles on peut constater des injures ou de l'hostilité au régime de Yaoundé. C'est ce lundi donc que les forces de l'ordre du chef-lieu du département du Ndé, ont arrêté cet apposant d'un autre genre après qu'il ait répandu dans toutes les rues les messages haineux. D'après les informations relevées sur le Facebook du confrère Narcisse Sonde du journal la nouvelle Expression nous avons pu voir :《finalement aux arrêts depuis hier en matinée ce fou après avoir pendant des mois rédigé des messages très sensibles sur des bâtiments publics de la ville dé Bangangte médite en ce moment sur son sort. Il sera bientôt fixé sur les accusations qui pèsent contre lui. On précise que les 3/4 de ces messages sont régulièrement hostiles au régime.

A lire...CAMEROUN - SOCIÉTÉ : JEAN DE DIEU MOMO TRÈS FÂCHÉ CONTRE DES PROPOSANTS DE FAUX BUSINESS. AFRIK-INFORM

Si Biya blague, moi Dieuh, je ne blague pas. Tels sont les termes employés par l'interpelé, qui attend encore de savoir les réelles raisons de son arrestation.

0
0
0
s2sdefault