VOTRE SITE DE PARI EN LIGNE
http://www.infinixmobility.com/cm
http://www.infinixmobility.com/cm

AFRIQUE – SANTE : UN NOUVEAU VACCIN CONTRE LE PALUDISME SERA TESTé EN AFRIQUE. AFRIK-INFORM

Information
24 avril 2019

AFRIQUE – SANTE : UN NOUVEAU VACCIN CONTRE LE PALUDISME SERA TESTé EN AFRIQUE. AFRIK-INFORM

 

Ce mercredi 24 Avril, l’organisation mondiale de la santé a annoncé le lancement des tests à grande échelle du vaccin le plus avancé contre le paludisme. Plusieurs enfants des pays Africains vont bénéficier des soins gratuitement.

Par Gilles Noubissie

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

En effet, la journée mondiale du paludisme aura lieu demain Jeudi 25 Avril comme tous les ans. L’OMS a tenu à expérimenter son nouveau vaccin à grande échelle contre le paludisme, mais qui selon les experts du domaine de la médecine, a une efficacité limitée. Ainsi donc ils seront plusieurs milliers d’enfants du Malawi, du Kenya, et du Ghana à être les premiers bénéficiaires. 

Le paludisme est une véritable bombe pour les enfants. En Afrique, ils sont plus de 250 000 âgés de moins de 5 ans, à succomber à la maladie chaque année, selon les données de l’OMS. Ce vaccin baptisé RTS-S, selon les essais cliniques va permettre de réduire à 40% environ le nombre de cas de malade du paludisme chez les enfants, et de 30% le nombre de cas de paludisme aggravé. Ils auront besoin d’un suivi de 4 ans pour arriver à ces chiffres. C’est dire que ce vaccin pourtant très important, n’est pas aussi efficace que ça.

A lire...ONUSIDA-SANTE : LE SIDA TUE DE MOINS EN MOINS. AFRIK-INFORM

Par ailleurs, quatre doses doivent être administrées aux jeunes enfants, ce qui constitue une contrainte. On est donc loin du vaccin idéal, mais il a un intérêt potentiel. Dès lors, l’OMS a opté pour une nouvelle phase de tests, à grande échelle, dans trois pays pilotes : Malawi, Kenya et Ghana. Ces tests vont concerner 360 000 enfants chaque année, vivant dans des régions exposées au paludisme.

Cette lutte contribuera à réduire le taux de mortalité infantile causé par cette maladie. Il faudra néanmoins patienter 2 ans afin de savoir si les résultats sont positifs. La firme GSK, conceptrice de ce vaccin n’a pas l’intention de faire barrière à la méthode traditionnelle, qui est l’utilisation des moustiquaires imprégnées, l’utilisation des insecticides et le traitement préventif des femmes enceintes.

0
0
0
s2sdefault