INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES

CAMEROUN – CRISE HUMANITAIRE : UN CAMEROUNAIS SUR SIX A BESOIN D’AIDE SELON LE SECRÉTAIRE ADJOINT DE L’ONU. AFRIK-INFORM

Information
14 mai 2019

CAMEROUN – CRISE HUMANITAIRE : UN CAMEROUNAIS SUR SIX A BESOIN D’AIDE SELON LE SECRÉTAIRE ADJOINT DE L’ONU. AFRIK-INFORM

 

Ce lundi 13 Mai, le conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni. A l’ordre du jour, la situation humanitaire du Cameroun en plus des rapports formels du bureau onusien pour l’Afrique. Une réunion à l’issue de laquelle la chine et la Russie se sont opposé à une ingérence possible de l’ONU dans les affaires du Cameroun, qui traverse une crise humanitaire depuis quelques années déjà.  

Par Gilles Noubissie

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En effet, le secrétaire général adjoint de l’ONU a affirmé lors de la réunion du conseil de sécurité ce lundi 13 Mai que depuis le début de cette crise anglophone, l’aide humanitaire est plus qu’une urgence dans le pays. « Un Camerounais sur six a besoin d’aide humanitaire, de protection », soit 4,3 millions de personnes, notamment des enfants et des femmes« Huit régions sur les dix du pays sont touchées par la crise humanitaire », a ajouté Mark Lowcock, lors de cette session organisée par les Etats-Unis en dépit de l’opposition de Yaoundé et des membres africains du Conseil.

On a également noté quelques pays qui ont soutenu l’état camerounais lors dudit conseil. L’ambassadeur de la guinée équatoriale Anatolio Ndong Mba (membre non permanent de ce conseil), a estimé que la situation humanitaire au Cameroun, n’est pas une menace pour la paix et la sécurité internationale, et qu'il était à la responsabilité du gouvernement Camerounais de résoudre ce problème sans toute forme d’ingérence étrangère. Il représentait également deux autres pays Africains, membres de cette instance à savoir la cote d’ivoire et l’Afrique du Sud. « Ce sont les Africains qui doivent régler les problèmes africains », a-t-il ajouté, en évoquant plusieurs organisations régionales africaines.

A lire...CAMEROUN - POLITIQUE : LE CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L’ONU SE RÉUNI CE 13 MAI POUR LA CRISE ANGLOPHONE. AFRIK-INFORM

Pour rappel, il s’agissait de la toute première réunion du conseil de sécurité de l’ONU sur le cas Cameroun. On avait depuis lors remarqué une certaine pression mise sur le gouvernement Camerounais, par certaines grandes puissances. Mais au final, la France et la Belgique ont soutenu l’état Camerounais lors de ce conseil, et plus loin, la Chine et la Russie se sont simplement opposées à l’ingérence dans cette affaire en demandant de laisser le pouvoir de Yaoundé gérer ce problème.

Cette crise humanitaire qui a débuté en 2015 par les réclamations corporatistes, aura fait près de 4,3 Millions de nécessiteux, 1,3 Millions de déplacés vers les forêts et la frontière nigériane. « 500 000 personnes sont des déplacés internes, la plupart restant cachées dans des forêts » et « plus de 600 000 enfants sont privés d’éducation » dans les régions anglophones concernées, a indiqué Mark Lowcock, en dressant un tableau sombre de la situation. Malgré cela, si certains voyaient en cette situation un problème politique, le conseil a souhaité traiter cela comme une crise humanitaire tout simplement.

" Le Cameroun est debout, têtu comme la vérité, visant l'émergence 2035, pays qui n’est ni en enfer ni au paradis mais cherchant sa voie dans des solutions endogènes. Il n'a pas besoin d'ingérence" a rassuré l’ambassadeur du Cameroun auprès de l’ONU son excellence TOMMO MONTHE, montrant ainsi que le pouvoir de Yaoundé contrôle la situation dans le pays.

0
0
0
s2sdefault