INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES

KENYA – SOCIÉTÉ : UNE DÉPUTÉE CHASSÉE DU PARLEMENT À CAUSE DE SON BÉBÉ. AFRIK-INFORM

Information
08 août 2019

KENYA – SOCIÉTÉ : UNE DÉPUTÉE CHASSÉE DU PARLEMENT À CAUSE DE SON BÉBÉ. AFRIK-INFORM

 

Depuis ce mercredi, plusieurs interrogations taraudent les esprits des citoyens Kényans, celles de savoir : quelle est la véritable place de la femme dans la politique kenyane ? Devrait-on exclure une mère d'enfant des affaires politiques du pays ? Ces interrogations ont été soulevées après l’expulsion d’une députée du parlement, pour y avoir amené son nourrisson.

Par Yves Konan Camara

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

En effet, l’affaire fait un grand bruit dans le pays. La députée Zuleika Hassan est au centre de toutes les interrogations. Elle a été soutenue par de nombreux autres députés hommes comme femmes, qui s’indignent à ce traitement jugé discriminatoire dont a fait preuve le président de l'Assemblée nationale Kényane. Depuis ce geste maladroit, les opinions fusent de partout. Certains estiment qu’il s’agirait d’un coup de buzz, tandis que d’autres dénoncent une volonté d’autorité que le président de l'Assemblée nationale veut imposer aux femmes du parlement.

A lire...CAMEROUN - SOCIÉTÉ : RÉCIT D\'UNE NUIT DANS L\'ENFER DE KONDENGUI. AFRIK-INFORM

Toujours est-il que de nombreuses photos de la maman et de son bébé ont été partagées sur les réseaux sociaux et dans les journaux, en y ajoutant la mention « baby drama », signifiant ainsi que la mère d’enfant est encore marginalisée dans le pays par les hommes du pouvoir. Pour Zuleika Hassan (la maman), sa volonté était de remplir ses obligations professionnelles malgré qu’elle traîne avec elle une charge. Elle affirme que s’il y avait une crèche dans le coin, elle y aurait laissé son bébé avant de se rendre à son lieu de service.

Cette situation interpelle sur le non-respect de certaines règles adoptées en 2013, qui voudraient qu’il y ait une salle familiale dans le bâtiment occupé par les députés, afin que les femmes puissent un peu plus s’intéresser à la politique sans être trop éloignées de leurs progénitures. Le Kenya fait partir des pays dans lesquels le taux d’implication des femmes est encore très faible dans les affaires politiques. On dénombre seulement 16 % de femmes en politique. Au-delà de la place des femmes en politique, beaucoup s’emparent du scandale pour revendiquer le droit d’allaiter en public en cette semaine mondiale de l’allaitement.

0
0
0
s2sdefault