INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES
LE SMARTPHONE QU'IL VOUS FAUT

CAMEROUN - JUSTICE : Me Roland DIEUWOU : "JE RESPECTERAI LE MOT D'ORDRE LANCÉ PAR LE CONSEIL DE L'ORDRE DES AVOCATS DU CAMEROUN". AFRIK-INFORM

Information
01 septembre 2019

CAMEROUN - JUSTICE : Me Roland DIEUWOU : "JE RESPECTERAI LE MOT D'ORDRE LANCÉ PAR LE CONSEIL DE L'ORDRE DES AVOCATS DU CAMEROUN". AFRIK-INFORM

 

Après le mot d'ordre lancé par le conseil de l'ordre des avocats du Cameroun visant à la suspension du port de la robe et de la non-fréquentation des cours et tribunaux sur toute l'étendue du territoire camerounais pendant 5 jours par tous les avocats, Me. Roland DIEUWOU, avocat au barreau du Cameroun soutient totalement les décisions prises par ledit conseil et se dit prêt à les appliquer à la lettre.

                        Par Romaric TENDA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Suite à sept constats réalisés et qui empêchent les hommes à la toge de mener à bien leur boulot au quotidien, le conseil de l'ordre des avocats du Cameroun dans une session tenue le samedi 30 Août à Yaoundé a décidé de passer à l'offensive.

Alors que des interrogations sous-jacentes quant-à la volonté des avocats de respecter cela se posaient encore, que Me. Roland DIEUWOU, avocat au barreau se dit totalement solidaire aux décisions prises par ses pairs. Ainsi donc, l'avocat vient de confier à l'équipe d'Afrik-inform les raisons de son soutien à ces décisions du conseil de l'ordre en ces termes : "Je me félicite de cette décision qui remet effectivement le barreau du Cameroun dans son rôle de sentinelle des libertés et qui lui permet de se replacer dans sa fonction. Qui est celle au delà de la profession de l'avocat, celle de la protection des libertés en générale. Et chaque fois que les avocats se sont mis à défendre les libertés, la société s'en est mieux portée". Fin de citation.

A lire...CAMEROUN - JUSTICE : LES AVOCATS CESSENT LEURS ACTIVITÉS SUR L\'ENSEMBLE DU TERRITOIRE NATIONAL. AFRIK-INFORM

L'homme de droit nous confie aussi être victime dans l'exercice quotidien de son métier, des frustrations dans les palais de justice, des commissariats et même de la part des commandants de brigades qui décident de garder ses clients dès lors qu'il se présente pour les défendre tout en lui lançant au visage qu'il aille dénoncer à qui il veut.

C'est donc fort de ces constats que les 13 avocats du conseil de l'ordre ont signé le communiqué final de cette session, et ont adoptés 3 conséquences majeures. Précisons que sur les sept (7) constats relevés par le conseil de l'ordre, figure celui de la récurrence des violences sur les avocats. Tout en demandant à ses multiples représentants sur le terrain de veiller à l'application stricte de ces décisions, le mot d'ordre prendra effet dès le 16 septembre et ne s'achèvera que le 20 du même mois.

0
0
0
s2sdefault