INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES
LE SMARTPHONE QU'IL VOUS FAUT

CAMEROUN – ÉDUCATION : RENTRÉE SCOLAIRE SOUS TENSION EN ZONE ANGLOPHONE ! AFRIK-INFORM

Information
02 septembre 2019

CAMEROUN – ÉDUCATION : RENTRÉE SCOLAIRE SOUS TENSION EN ZONE ANGLOPHONE ! AFRIK-INFORM

 

Ce lundi 2 septembre 2019, les élèves ont repris le chemin de l’école sur l’ensemble du territoire national. Alors que la campagne « OpenSchoolsNow » relative à la reprise effective des cours dans les zones anglophones du pays a été lancée et soutenue par des nombreux camerounais, on a enregistré un faible taux de présence effective des élèves et enseignants dans les salles de classe.

Par Gilles Noubissie


Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Malgré les interdictions lancées par les séparatistes, plus de 100 élèves ont effectivement repris le chemin de l’école, notamment à Bamenda dans le Nord-Ouest. Il s’agissait pour la plupart, des élèves du lycée Bilingue de Nkambè. Un courage de ces jeunes élèves qui manifestent par là leur volonté d'un retour au calme, afin de reprendre le cours normal de leurs vies.

Dans le sud-ouest du pays, le maire Patrick Ekema de buea, avait annoncé ce dimanche, qu’il était prêt à faire face à séparatistes afin de permettre aux jeunes d’aller à l’école. Il s'exprimait lors d'une interview dans le cadre de l'émission Cameroon Calling sur la CRTV. Il a à cet effet encouragé ces élèves à reprendre le chemin de l’école. « J'imagine que certaines abeilles sont enfermées dans un contenant hermétique et font du bruit à l'intérieur du contenant. Je ne sens rien du tout. Je ne sais même pas pour le confinement. Nous avons été en mesure d'exploiter des entreprises dans cette municipalité le lundi.

Les lundis sont considérés comme des jours de ville fantôme pendant lesquels les séparatistes s'attendent à ce que les habitants des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest restent chez eux comme une forme de désobéissance civile au pouvoir de l'État. Donc, nous ne savons rien à propos d'un confinement. S'ils veulent verrouiller, qu'ils verrouillent la forêt, pas la zone que nous habitons.

A lire...CAMEROUN – CRISE ANGLOPHONE : UN SOMMET D’ANCIENS CHEFS D’ETATS AU SECOURS DU CAMEROUN. AFRIK-INFORM

Nous sommes prêts pour eux. Ils devraient être prêts à venir nous affronter. J'ai entendu dire qu'ils ont envoyé des messages disant que " notre marche vers Buea sera effective en septembre et octobre ". Et que les obstacles ont été Ekema, le maire de Buea et Okalia Bilai'. Bien sûr, nous ne pouvons pas nous cacher pour attendre que ces gens viennent. Nous les attendons. Nous savons que lorsque vous affrontez un maquisard, vous devez être prêt à écraser les maquisards et nous sommes donc très préparés.

Demain lundi, qu'ils viennent. Je serai stationné au point milles 17 pour m'assurer que la ville est libre. Le point milles 17 est la porte d'entrée de la ville. Je serai au point milles 17 de 6h à 15h30 quand les écoles auraient fermé....Tout sur Buea, la ville de l'excellence se métamorphose. ». a déclaré le patron de commune de Buea.

Mais, on a enregistré moins de mouvement de ces élèves dans la zone, contrairement à Bamenda. Certains établissements n’ont pas ouvert leurs portes. A Kumba, seuls 6 enseignants sur 120 ont répondu présent au lycée bilingue de station. Ces chiffres ont été enregistrés dans la matinée. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que malgré cette tension qui plane sur le ciel du NOSO, on pourrait finalement arriver à une solution favorable au moins en ce qui concerne la reprise des cours pour les jeunes.

 

0
0
0
s2sdefault