INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES
LE SMARTPHONE QU'IL VOUS FAUT

AFRIQUE DU SUD – VIOLENCE : LE PRÉSIDENT SUD-AFRICAIN DIT NON A LA XÉNOPHOBIE DANS SON PAYS. AFRIK-INFORM

Information
05 septembre 2019

AFRIQUE DU SUD – VIOLENCE : LE PRÉSIDENT SUD-AFRICAIN DIT NON A LA XÉNOPHOBIE DANS SON PAYS. AFRIK-INFORM

 

Suite aux violences xénophobes qui font rage depuis quelques jours et ont pris une autre tournure ce lundi 2 septembre dans les villes de Johannesburg et Pretoria en Afrique du Sud, le président Cyril Ramaphosa est sorti de son silence. Il n'a pas hésité à  condamné avec fermeté ces attaques contre les  migrants africains encore une fois pris pour cible comme pendant les crises de 2008 et 2015.

Par Abdoulaye Raman

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Comme attendu par la communauté africaine résidant en Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa s’est prononcé ce mardi contre les attaques perpétrées à l'encontre des étrangers. Sur son compte Twitter, le Chef de l'Etat a déclaré: « Je condamne dans les termes les plus forts les violences qui s'étendent dans quatre provinces » du pays, dont les capitales économique, Johannesburg, et politique, Pretoria, Il poursuit en disant : « Les attaques visant des commerçants étrangers sont totalement inacceptables, ce sont des choses que nous ne pouvons pas accepter en Afrique du Sud. Il ne peut y avoir aucune justification - peu importe les griefs qu’on peut avoir - pour qu'un Sud-Africain s'en prenne à des gens d’autres pays parce qu’ils doivent comprendre que quand ils agissent de la sorte ici, leurs compatriotes risquent eux aussi d’être attaqués dans d’autres pays. Nous sommes un pays complètement engagé contre la xénophobie. Nous n'autorisons pas et ne nous ne pouvons pas tolérer des attaques contre des Africains, ou habitants de tout autre pays. »

A lire...AFRIQUE DU SUD – POLITIQUE : DOULOUREUSE VICTOIRE DE L’ANC AUX LÉGISLATIVES. AFRIK-INFORM

Mais reste à voir si cela sera suffisant pour calmer la colère des attaquants qui réclament la relocalisation de tous les migrants africains ailleurs par le président de la république. Dans le cas contraire, ils se chargeront eux-mêmes de le faire. Le bilan de ces événements est lourd, cinq morts, environ 200 arrestations et plusieurs dizaines de magasins détenus par des étrangers vandalisés. Face à cette énième montée des violences, les autorités sud-africaines tentent par tous les moyens de convaincre l’opinion internationale qu'il ne s'agit pas là d'actes de xénophobie, mais plutôt de criminalité. Ce qui serait apparemment moins grave à leurs yeux.

Rappelons tout de même que les tensions se sont considérablement calmées depuis hier après-midi. Malgré quelques sursauts imprévisibles de violence surgissent dans certains coins de la ville. Ce 4 septembre au matin, tout est sous contrôle à Johannesburg. Cependant, ces actes de criminalité pour les autorités du pays et de xénophobie pour les manifestants, ont engendré des représailles dans certains pays africains où se trouvent les ressortissants Sud-Africains. C’est le cas du Nigeria où des supermarchés ont été pillés donnant un bilan d’un mort. En Zambie, un rassemblement aura lieu devant l’ambassade sud-africaine à Lusaka.

0
0
0
s2sdefault