INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES

AFRIQUE DU SUD – SOCIÉTÉ : PLUS DE 600 NIGÉRIANS VEULENT RENTRER DANS LEUR PAYS. AFRIK-INFORM

Information
09 septembre 2019

AFRIQUE DU SUD – SOCIÉTÉ : PLUS DE 600 NIGÉRIANS VEULENT RENTRER DANS LEUR PAYS. AFRIK-INFORM

 

Les tensions xénophobes enregistrées depuis quelques jours en Afrique du Sud, continuent de créer des distances entre cet Etat et d’autres pays Africains. Plus de 600 ressortissants Nigérians vivants dans ce pays, ont fait savoir au consul nigérian à Johannesburg, qu’ils souhaitaient retourner sur leur terre natale. 

Par Yves Konan Camara

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

En effet, la situation devenant délétère dans le pays avec déjà plusieurs morts, et de nombreux biens matériels appartenant aux étrangers détruits par les autochtones, le diplomate Godwin Adamu, a ouvert une liste afin de recenser les Nigérians souhaitant quitter l’Afrique du Sud pour retourner au Nigéria, excepté ceux emprisonnés. À cet effet, 320 personnes seront rapatriées dès ce mercredi, par la compagnie aérienne Air Peace.

Ces tensions qui durent depuis plus d’une semaine, ont déjà coûté la vie à une dizaine de personnes, et ont conduit à plus de 400 arrestations, selon un rapport rendu public par le président sud-africain Cyril Ramaphosa. Malgré les appels au calme de plusieurs leaders africains y compris du président sud-africain lui-même, de nouvelles tensions ont eu lieu ce dimanche dans la ville de Johannesburg, faisant au passage un mort et 7 blessés.

A lire...AFRIQUE DU SUD : PRETORIA FERME TEMPORAIREMENT SES PORTES AU NIGERIA. AFRIK-INFORM

Des violences xénophobes qui créent un climat précaire dans les relations diplomatiques qu’entretien l’Afrique du Sud avec d’autres pays, qui désormais exigent la protection de leurs citoyens par l’Etat sud-africain. Le président Nigérian Muhammadu Buhari y est d’ailleurs attendu en fin septembre, pour une rencontre avec son homologue.

Il est d’ailleurs important de préciser qu’en riposte à ces attaques xénophobes, les entreprises sud-africaines en payent les frais dans de nombreux pays africains. C’est le cas avec l’entreprise MTN, qui a subi d’énormes dégâts à Abuja, en RDC et en Zambie. Par la même occasion, de nombreuses marches de protestations contre la xénophobie ont été initiées. 

0
0
0
s2sdefault