INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES

KENYA –SOCIÉTÉ : UNE ENSEIGNANTE POUSSE UNE ÉLÈVE AU SUICIDE. AFRIK-INFORM

Information
12 septembre 2019

KENYA –SOCIÉTÉ : UNE ENSEIGNANTE POUSSE UNE ÉLÈVE AU SUICIDE. AFRIK-INFORM

 

Une jeune fille de 14 ans a décidé de mettre un terme à ses jours après que son enseignante l’ait  humilié en raison de ses règles qu’elle aurait eues en salle de classe. Les femmes parlementaires n’ayant pas pu digérer cette situation ont pris d’assaut ce mercredi le ministère de l’éducation afin d’exiger des mesures fortes contre l’enseignante en question.

Par Abdoulaye Raman

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Kenya a encore du mal à se remettre du suicide de Jackline Chepngeno, une adolescente de 14 ans qui a décidé de se suicider après avoir vécu des moments insupportables à son jeune âge. En effet, cette histoire est survenue vendredi dernier, dans le comté de Bomet, une région reculée de l’Ouest du Kenya. La victime et par ailleurs décédée se trouvait en classe lorsqu’elle a été surprise par ses menstrues, les premières de son cycle, à en croire la presse Daily Nation. Son uniforme taché, car, n’ayant aucune garniture pour se protéger, elle a été prise de panique et a alerté l’enseignante qui l’a par la suite qualifié de « sale fille » et, mise de suite à la porte.

A lire...AFRIQUE DU SUD – SOCIÉTÉ : PLUS DE 600 NIGÉRIANS VEULENT RENTRER DANS LEUR PAYS. AFRIK-INFORM

De retour à la maison, la jeune fille a relaté fidèlement la scène à sa maman et s’est par la suite rendue au marigot tout près de la maison sous prétexte qu’elle y allait à la recherche de l’eau. Quelque temps plus tard, Jackeline sera trouvé pendue à un arbre. Dans le même canevas d’investigation le daily nation dit que la mère de la petite a alerté la police afin que l’enseignante soit interpelée, mais jusque-là, elle n’a pas encore été entendue par les autorités compétentes. Très choqués par les faits, plusieurs parents ont pris d’assaut les encablures de l’établissement afin de mettre la main sur celle qui serait certainement la cause de ce décès prématuré, mais cinq d’entre eux ont été embarqués par la police pour avoir troublé l’ordre.

Étant donné que prévenir vaut mieux que guérir, les responsables de l’éducation dans le pays ont pris des mesures qui viseront désormais à prévenir et de renforcer la protection des filles afin de les éloigner de ce genre de situation inattendue en milieu scolaire. A cet effet, le gouvernement a rassuré que la distribution gratuite des serviettes hygiéniques dans les établissements sera renforcée.

0
0
0
s2sdefault