INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES

ZIMBABWE – SOCIÉTÉ : LES MÉDECINS ABANDONNENT LES MALADES ET RÉCLAMENT LA LIBÉRATION DE LEUR PRÉSIDENT DE SYNDICAT. AFRIK-INFORM

Information
17 septembre 2019

ZIMBABWE – SOCIÉTÉ : LES MÉDECINS ABANDONNENT LES MALADES ET RÉCLAMENT LA LIBÉRATION DE LEUR PRÉSIDENT DE SYNDICAT. AFRIK-INFORM

 

Des centaines de médecins sont descendus dans les rues de la capitale ce lundi, afin d’exiger la libération de leur président de syndicat. Ils accusent le chef de l’état d’avoir orchestré son enlèvement samedi dernier pour une destination inconnue.

Par Yves Konan Camara

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Peter Magombeyi, président de l’association des docteurs en médecine du Zimbabwe, avait lancé depuis le début de ce mois de septembre, une grève afin d’exiger que les salaires des médecins payés en devise locale, soient désormais calculés en fonction de la variation de la valeur du dollar américain, afin que leur pouvoir d’achat ne soit pas confronté à une chute involontaire.

« C’est triste que l’on en soit arrivé à ce point où nous voyons un médecin être incapable de subvenir à ses besoins dans ce pays. Je veux dire qu’un médecin ne peut pas payer son loyer, ne peut pas acheter à manger, ne peut pas payer le transport. Nous ne parlons même pas de vêtements, nous ne parlons même pas d‘être capable de s’acheter une voiture. Nous ne parlons que de survie. Nous ne sommes pas en mesure de nous rendre au travail », explique Tapiwa Mungofa, membre senior du syndicat des médecins hospitaliers (ZHDA).

A lire...ZIMBABWE – POLITIQUE : LES CITOYENS EXIGENT QUE ROBERT MUGABE RENTRE SE SOIGNER AU PAYS DANS SES HÔPITAUX DE « LUXES ». AFRIK-INFORM

Ce mot d’ordre de grève a été respecté par ses compères, qui sont descendus par centaine dans les rues d’Harare, abandonnant ainsi les malades. Depuis samedi, à l’issue de la dernière descente sur le terrain de contestation malgré le deuil de l’ancien président Robert Mugabe, Peter Magombeyi est introuvable, ce qui a accentué depuis ce lundi la mobilisation des médecins qui accusent le gouvernement d’être à la manœuvre de cet enlèvement, en exigeant sa libération.

Une accusation jugée fortuite par un haut responsable du ministère zimbabwéen de l’information, qui estime que le gouvernement n’aurait rien à voir avec cet enlèvement, et qu’il serait mieux pour les grévistes de chercher un bouc émissaire ailleurs. Les médecins ont été bloqués par la police, alors qu’ils avaient l’ambition d’aller rencontrer le président de la république Emmerson Mnangagwa, mais les contestations continuent.

0
0
0
s2sdefault