INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES

CAMEROUN – CULTURE : L’ASSOCIATION SHOOT IN CAMEROUN, INVITÉE AU DISCOP JOHANNESBURG. AFRIK-INFORM

Information
08 octobre 2019

CAMEROUN – CULTURE : L’ASSOCIATION SHOOT IN CAMEROUN, INVITÉE AU DISCOP JOHANNESBURG. AFRIK-INFORM

 

Madame KOUYEMBOUS Mireille Idelette est la coordonnatrice nationale de l’association Shoot In Cameroon. Un groupe constitué d’hommes et de femmes qui œuvrent pour que la destination Cameroun devienne une valeur économique connue et reconnue à travers l’association du cinéma et du tourisme. L’organisation entend participer à un événement important pour défendre ce plaidoyer dénommé Discop Johannesburg en Afrique du Sud. Nous lui accordons une interview afin qu’elle nous en dise davantage sur les tenants et aboutissants de cette opération.

Par Abdoulaye Raman

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

QUESTION : madame KOUYEMBOUS Mireille Idelette, vous êtes coordonnatrice nationale de l’association SHOOT IN CAMEROON. Pourriez-vous nous dire ce qu’est cette association ?

REPONSE : Shoot in Cameroon est un programme de ciné-tourisme qui consiste à inviter les producteurs du monde entier à choisir le Cameroun comme destination pour le tournage de leurs films avec des acteurs du pays sur la base des thèmes historiques et touristiques du Cameroun et même de l’Afrique.

QUESTION : A vous entendre, on peut comprendre qu’il s’agit d'un groupe de personnes œuvrant pour l’essor du cinéma sur la base du tourisme au Cameroun. Ainsi, donc, avez-vous déjà approché les institutions publiques ou privées camerounaise pour une quelconque subvention de votre association ?

RÉPONSE : Absolument, nous avons approché des institutions étatiques depuis 2015, en l’occurrence la primature, le Secrétariat General à la Présidence de la République, les ministères de la promotion de la femme, du tourisme, de la petite et moyenne entreprise, du transport, des arts et de la culture. Certaines d’entre elles nous ont fait des notifications de manque de moyens. Tant la crise anglophone a fragilisé l’économie et qu’il faudrait que nous revenions l’année prochaine. Quant aux autres, nous n’avons pas même pas eu vent d’une quelconque réception du courrier. Cependant, le ministère du tourisme nous a promis son appui technique pour le compte de cette année tout en nous demandant de leur réécrire afin que ceci soit inscrit dans le cadre de leur prochain budget.

QUESTION : vous avez fait des demandes de partenariats en vue de votre participation de SHOOT CAMEROON à DISCOP JOHANNESBURG. Dites-nous, c’est quoi ce concept et pourquoi tenez-vous à aller à ce rendez-vous ?

RÉPONSE : Discop Africa est chapeauté par une structure américaine appelée BASIC LEAD. C’est une plateforme qui réunit les producteurs du monde entier, vendeurs de projets, acheteurs de projets et producteurs de projets audiovisuels et cinématographiques. Ainsi, ce festival DISCOP AFRICA auquel nous souhaiterions prendre part, est un démembrement qui couvre l’Afrique.

QUESTION : En quoi votre présence là-bas est importante pour solliciter l’attention de l'Etat, du gouvernement, de la nation et des investisseurs ?

Réponse: Nous tenons à participer à cet événement qui se tiendra en novembre prochain pour la seule et unique raison qu’il nous offre exclusivement cette année une conférence d’une heure de temps afin de présenter les potentialités d’un Cameroun capable de s’ouvrir à la coproduction audiovisuelle internationale. C’est le lieu pour nous prouver aux yeux du monde les opportunités diverses en ressources que propose le Cameroun aux producteurs internationaux. Mais aussi de contribuer à faire rentrer des devises tout en créant des emplois directs et indirects aussi bien dans tous les secteurs du tourisme, que du cinéma camerounais dont on sait par exemple qu’il a besoin d’investisseurs extérieurs.

QUESTION : Concrètement votre passage au DISCOP AFRICA Johannesburg se présente comment ?

Réponse : Ainsi, donc, le programme est déjà communiqué. Notre passage est prévu pour le 22 novembre prochain dans une salle de conférence du Standton Hotel à Johannesburg. Au-delà de cette présentation d’opportunités, nous avons également des pages de communication promotionnelle sur lesquelles le Cameroun est mis en avant sur des supports multiples touchant la cible des populations présentes à cette exhibition. Permettez-moi aussi de dire que nous avons tout récemment signé un partenariat d’un an avec cette plateforme reconnue pour son efficacité dans la mise en contact liant tourisme et cinéma. Lequel partenariat permettra à l’univers audiovisuel camerounais d’être vendu lors des événements de Discop 2020 en Côte-D’ivoire et ensuite en Égypte au Caire.

QUESTION : Au moment où le pays traverse une situation sociopolitique tendue, qui a non seulement empiété sur le tissu économique national, mais aussi la cohésion sociale et le climat des affaires, croyez-vous qu’il est évident de trouver aussi facilement des partenaires pour votre accompagnement dans le cadre de cette lourde mission de mise en valeur des potentialités audiovisuelles du Cameroun à Johannesburg ?

RÉPONSE : Même si nous sommes convaincus du fait que notre pays  ne fait pas l’unanimité  devant la communauté internationale, nous estimons justement que c‘est par ce genre de canal que le combat de la reconquête de cette confiance se joue.  S’il n’est pas aisé d’entreprendre une activité génératrice de capitaux à cause de l’insécurité grandissante depuis un bon moment, alors nous voulons saisir cette occasion pour redonner goût, envie et espoir à tous ceux qui sont friands du tourisme et du cinéma à travers le monde entier pour faire du Cameroun une bonne destination à tous points de vue.

QUESTION : S’il arrivait que des personnes de bonnes moralités veuillent vous soutenir ou vous accompagner dans ce gros projet dont vous conduisez, par quel canal pourraient-elles vous joindre?

RÉPONSE : Les personnes qui aimeraient nous accompagner dans ce projet peuvent  nous contacter par divers moyens. Par appel aussi aux numéros suivants 696995034/695546925, y compris pour des transactions via Orange Money. Mais aussi par notre Compte Bancaire : APESA FUND S.A, No. 0202000943710101/KOUYEMBOUS MIREILLE IDELETTE

QUESTION : En dehors de ce festival auquel vous tenez à participer en Afrique du Sud, quels sont les différents programmes que vous prévoyez pour les années à venir ?

RÉPONSE : Outre ce déplacement très important pour l’Afrique du Sud dans le cadre de Discop Johannesburg, nous avons un agenda bien garni sur cinq ans. Nous envisageons lancer à partir de 2020 la coproduction des films entre des producteurs camerounais et ceux que nous aurons rencontrés en Afrique du Sud et partout ailleurs dans nos missions d’information et de promotion.

QUESTION : Un mot pour finir, Mme Kouyembous ?

REPONSE : Vraiment nous en appelons en dernière urgence au gouvernement, aux ministères, aux institutions, investisseurs et personnes de bonne volonté pour nous venir en aide dans ce besoin en soutien financier que nous avons. Être là-bas et présenter le Cameroun dans ses diversités, ce sera rapporter quelque chose à la maison pour faire avancer un peu plus le développement et le progrès de tous et toutes dans notre pays.

0
0
0
s2sdefault