INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES

CAMEROUN – SOCIETE : LE MINISTRE JEAN DE DIEU MOMO AU CHEVET DES MOTOTAXIMEN A YAOUNDÉ. AFRIK-INFORM

Information
12 novembre 2019

CAMEROUN – SOCIETE : LE MINISTRE JEAN DE DIEU MOMO AU CHEVET DES MOTOTAXIMEN A YAOUNDÉ. AFRIK-INFORM

 

Ce mardi 12 novembre le ministre délégué à la justice, Jean Dedieu Momo,  est allé rencontrer les moto-taximen de la ville de yaoundé qui ont décidé de faire la grève aujourd’hui après une note du gouverneur de la région du centre qui leur interdit de circuler dans certaines zones de la ville de Yaoundé. C’était en vue de dissuader  ces derniers qui brandissaient les menaces de revendications violentes s’ils ne sont pas compris.

Par Abdoulaye Raman

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

C’est vers les premières heures de la journée que le ministre Jean De dieu Momo a rencontré les conducteurs de mototaxis grévistes. Avec des méthodes propres à lui, il a tenté de les calmer. Il s’est enquérir de cette situation qui prévaut depuis ce matin dans la capitale politique du Cameroun.  «…Maintenant il y’a un problème qui se pose avec les « benskineurs ». Je dois savoir, je ne connais pas encore le problème, ce n’est pas de mon ressort. Moi je suis au bout. Donc ça viendra me retrouver à la fin. » A demandé Jean De dieu Momo  à ces jeunes conducteurs. Ils estiment que la décision du gouverneur va davantage leur compliquer la vie. « Qu’on nous défende de marcher dans le centre-ville c’est normal, c’est la ville, on nous défend les ministères » A expliqué l’un des moto-taximen au ministre. Une réaction qui fait néanmoins croire qu’ils attestent de la pertinence de la décision du gouverneur mais récusent le nombre de zones interdites.

Toujours dans son allocution, le jeune motoman explique au ministre que les zones qui leurs sont interdites, réduisent considérablement leurs champs d'activité et par conséquent leurs revenus. Ils sont obligés de travailler uniquement à l'entrée de leurs différents quartiers, pour transporter les clients qui entrent et sortent, sans pouvoir aller plus loin. C’est donc à la fin de ces explications que le ministre leur a demandé de lui faire parvenir une requête dans laquelle ils mentionneront leurs différentes doléances.

A lire...CAMEROUN – POLITIQUE : PAUL BIYA ANNONCE UN STATUT SPECIAL POUR LES ZONES ANGLOPHONES, AU SOMMET SUR LA PAIX A PARIS. AFRIK-INFORM

Dans la note conjointe du gouverneur du Centre et du délégué du gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Yaoundé, Gibert Tsimi Evouna, on peut lire les itinéraires interdits d’accès aux mototaxis comme: Centre-ville, Carrefour EMIA, ambassade de France, Olézoa, Carrefour Vogt, Carrefour Atangana Mballa, Elig-Edzoa, Elig-Essono, Bata Nlongkak, Ecole de police, Tsinga, Ahala, Nkozoa, Mont Febe, carrefour Bastos, Palais des Congrès, Nouvelle route Bastos, Carrefour Warda, Carrefour Coron, Base aérienne, Route de l’aéroport de Nsilmalen.

En rappel, ces mouvements d’humeur ont débuté hier. Ce matin, ils ont commencé par barricader certains points de la ville. Des actes qui ont toute de suite paralysé la circulation et effrayé les populations. De plus, les revendications devenaient de en plus brutales, car certains d’entre eux retiraient des passagers dans des taxis en circulation et intimaient par la suite l’ordre aux taximen de se rallier à cette lutte qu’ils mènent. Selon certaines sources, cette décision de restriction date de plusieurs zones et dont le gouverneur est juste en train de mettre en application. En rappel, certaines zones de la ville de Douala depuis quelques années fonctionnent avec ce même système. C’est le cas des zones telles Bonanjo et Bonapriso et Deido où les motos sont interdites d’accès.

0
0
0
s2sdefault