INSTITUT UNIVERSITAIRE DES GRANDES ECOLES DES TROPIQUES

CAMEROUN- ÉDUCATION : NALOVA LYONGA PRESCRIT LA VIDÉO SURVEILLANCE POUR LUTTER CONTRE LA DÉLINQUANCE JUVÉNILE EN MILIEU SCOLAIRE. AFRIK-INFORM

 

Suite aux actes de violence orchestrés par les élèves sur leurs enseignants  et camarades de classes, La ministre de l’enseignement secondaire, professeure pauline Nalova Lyonga a instauré ce jeudi 16 janvier, l’installation des caméras de surveillances dans les établissements scolaires d’enseignements  secondaires, qui selon elle, viendront mettre un terme aux déviances de plus en plus présentes dans ces milieux.

Par Richard Tessoh (stagiaire)

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Obligée de modifier son agenda mardi dernier  pour se rendre au lycée de Nkolbisson où un enseignant venait d’être assassiné  par son  élève, c’est finalement ce jeudi 16 janvier  que la patronne de l’éducation secondaire est arrivée à Douala pour une visite de travail dans les établissements de son ministère de compétence.  C’est au lycée D’AKWA nord où une arme blanche a été détectée dans le cartable d’un élève lors d’une fouille systématique organisée par le staff administratif du dit lycée   que l’annonce de la vidéo surveillance a été faite officiellement.

A lire...CAMEROUN – ÉDUCATION : RENTRÉE SCOLAIRE DISCIPLINÉE À DOUALA : CAS DU LYCÉE BILINGUE DE DEÏDO. AFRIK-INFORM

Cependant, cette initiative suscite beaucoup d’interrogations.  Sera-t-elle une solution adéquate lorsqu’on sait que la camera n’a pas les mêmes capacités que le scanner ? Peut-elle détecter une quelconque arme blanche, un téléphone portable qui permettra aux élèves de visionner de la pornographie ou de  filmer leur propre scène ?    Avec les coupures intempestives qui sont monnaie courante dans les villes du pays, permettront-elles aux cameras de fonctionner normalement ?  Étant donné que certaines localités ne sont pas alimentées en électricité,  les établissements présents dans ces lieux seront-ils pris en compte ?  Bref plusieurs facteurs sont remis en question. Madame la ministre ne serait-elle pas en train de semer le vent ? Même si l’on ne sait pas quand est-ce que ces outils numériques seront installés, rappelons que le  milieu scolaire au Cameroun se présente aujourd’hui comme une jungle où le plus fort  use de tout pour battre son vis-à-vis et imposer sa loi.

0
0
0
s2sdefault