BENIN - ACCIDENT : 5 MORTS ET 7 BLESSES DANS L’EFFONDREMENT D’UN IMMEUBLE A COTONOU

Écrit par Afrik-Inform. Publié dans Société

C'est dans l'émoi et la frayeur que les habitants du quartier Akpakpa-Dégakon ce sont réveillés le matin du 05 octobre...

C'est dans l'émoi et la frayeur que les habitants du quartier Akpakpa-Dégakon ce sont réveillés le matin du 05 octobre, et pour cause, un immeuble de quatre niveaux en construction depuis plus d'un an s’est totalement écroulé, causant des blessés graves et des pertes en vies humaines.

Par Éric Vareni

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

C’est en catastrophe que la police nationale, le génie militaire, la gendarmerie, les sapeurs-pompiers et la croix rouge, ont débarqué sur les lieux du drame pour tenter de sauver des vies et sortir les morts des décombres. La tragédie survenue dans le premier arrondissement de Cotonou tout près de la société Tundé Motors au quartier Akpakpa-Dégakon, a engendré d’énormes perturbations dans la circulation, empêchant ainsi de desservir les communes de Cotonou, de Sèmè-Podji et de Porto-Novo. Selon le colonel Samson Ahouanmènou, Directeur adjoint du génie militaire, ses éléments ont été mis à contribution pour dégager les amas de pierres afin de venir en aide aux sinistrés. « C’est un évènement malheureux parce qu’il y a eu des pertes en vies humaines. En tant que personnel du génie militaire, on a pour mission principale de tout faire pour dégager les pierres afin de sauver d’éventuelles vies encore sous les décombres ». Rencontré par la rédaction d'afrik-inform antenne du Bénin, le Directeur général de l’habitat, Ananou Victor Kouassi, a confié que le bâtiment qui s’est écroulé est celui d’une « institution financière, la Finadev». Les causes de son effondrement selon lui, restent encore inconnues.

Le chef du premier arrondissement de Cotonou, Arlette Saïzonou Bello, était également sur les lieux dans cette triste matinée pour constater les dégâts. « Le bâtiment est en construction depuis un an et demi, mais il faut dire que la semaine dernière, j’étais déjà passé par là et j’ai été un peu inquiétée par la couleur des briques qui me paraissait trop blanche. Quand je me suis rapproché d’eux pour en savoir davantage, ils m’ont dits qu’il s’agit de briques achetées ». Le premier adjoint au maire de Cotonou, Isidore Gnonlonfoun et tout le Conseil municipal, se sont également rendus sur les lieux pour apprécier l'ampleur des dégâts. Joint au téléphone, l'entrepreneur de l'édifice en question assure avoir mené le chantier de construction de cet immeuble dans les normes, tentant ainsi de démentir la version des riverains qui affirment que le bâtiment s’est effondré tôt jeudi matin alors que les ouvriers procédaient à la réalisation de la troisième dalle de cet immeuble. A ce jour, le bilan fait état de cinq (05) morts et sept (07) blessés graves, des ouvriers du chantier pour la plupart. Des victimes de trop qui viennent mettre au goût du jour le non-respect des cahiers de charges de certains entrepreneurs.