AFRIQUE DU SUD : FLAMBÉE DE VIOLENCE DANS LES UNIVERSITÉS A LA SUITE DE L’AUGMENTATION DES FRAIS DE SCOLARITÉ

Écrit par Afrik-Inform. Publié dans Société

L'augmentation annoncée des frais de scolarité dans plusieurs universités d'Afrique du Sud a conduit à des affrontements violents...

L'augmentation annoncée des frais de scolarité dans plusieurs universités d'Afrique du Sud a conduit à des affrontements violents qui ont à nouveau opposé la police à des étudiants remontés ce lundi 10 Octobre dans plusieurs grandes villes dont Johannesburg.

Par Habib Hassan

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L’université de Wits à Johannesburg semble être l’épicentre de la contestation de cette mesure. Les incidents y ont éclaté quelques heures à peine après la reprise officielle des cours, qui du reste sont très perturbés à Wits depuis le début du mouvement il y a trois semaines. Des policiers et des agents de sécurité privés qui interdisaient l'accès d'un des bâtiments historiques du campus ont dû riposter par des grenades lacrymogènes et assourdissantes, des balles en caoutchouc et de canons à eau à la suite d’une attaque à coup de jets de pierres menée par des étudiants. La direction de l’université de Wits a indiqué que "Au moins onze personnes ont été arrêtées », mais cela n’a pas empêché que les affrontements se propagent dans l'après-midi vers un quartier voisin, dans le centre-ville de Johannesburg avec un bus vandalisé et incendié.

Comme à Wits, la police a dû intervenir dans les universités de Rhodes à Grahamstown (sud), de Stellenbosch (sud-ouest), du KwaZulu-Natal (est), et de Bloemfontein (centre) selon les autorités qui ont fait état de 20 arrestations à Bloomfontein, et de 5 autres à Grahamstown et deux policiers blessés par des jets de pierre dans le KwaZulu-Natal. Le ministre de l'Enseignement supérieur, Blade Nzimande a condamné « fermement les actions d'une poignée d'étudiants violents qui refusent clairement que l'année universitaire 2016 aille à son terme". La direction de Wits a annoncé que les cours étaient maintenus ce mardi, assurant que la moitié d'entre eux avait pu se tenir lundi. L'an dernier, un mouvement étudiant similaire avait contraint le gouvernement à geler la hausse des frais de scolarité pour 2016 et depuis la mi-septembre, la révolte gronde sur les campus sud-africains, après la décision du gouvernement d'autoriser une augmentation, limitée à 8%, des frais universitaires pour 2017 et une majorité de manifestants réclament la gratuité de l'éducation dans les universités sud-africaines.