CENTRAFRIQUE – VIOLENCES : PLUSIEURS MORTS DANS DES REPRESAILLES DES EX SELEKA SUR LA POPULATION A KAGA

Écrit par Afrik-Inform. Publié dans Société

La Centrafrique, a vécue une journée très agitée entre guerre et paix ce mercredi 12 Octobre 2016...

 La Centrafrique, a vécue une journée entre guerre et paix mercredi 12 Octobre avec de nouvelles violences dont le bilan est d’au moins 6 morts et une main tendue du tout nouveau cardinal Mgr Nzapalainga aux musulmans de Bangui.

Par Achille Assako

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

D’après l’AFP, entre six et neuf personnes sont mortes mercredi à Kaga Bandoro (centre de la Centrafrique) dans des affrontements qui ont également fait 17 blessés graves, d'après un bilan donné par les forces de sécurité. Tout serait parti de la tentative de vol d’un groupe électrogène, celui de la radio locale Radio Kaga par quatre miliciens ex séléka. La population aux aguets aurait réagi en abattant l’un des miliciens. Les survivants au lynchage iront appeler d’autres miliciens en renfort pour des représailles, causant la mort d'au moins six à neufs civils. "Les ex-séléka ont décidé d’entreprendre des actions de représailles, mais notre force est sur le terrain", a affirmé Renner Onana, chef de Bureau de la mission des Nations Unies en Centrafrique (Minusca) à Kaga-Bandoro, cité par le site de la radio Ndeke Luka. Ce même mercredi, le premier cardinal centrafricain de l'histoire, l'archevêque de Bangui, Mgr Dieudonné Nzapalainga, nouvellement désigné par le pape a marché pour "la paix" vers le quartier musulman de la capitale Bangui, en compagnie de milliers de personnes de confessions chrétienne et musulmane. En rappel, la semaine dernière, l'assassinat d'un officier dans le quartier musulman du PK5 de Bangui avait provoqué un cycle de représailles visant notamment des peuls musulmans, faisant 11 morts. Historiquement, le renversement de l'ex-président François Bozizé par les séléka ("coalition" en langue sango) à dominante musulmane avait provoqué la contre-offensive des milices anti-balaka majoritairement chrétiennes. Bilan: des milliers de morts et des centaines de milliers de réfugiés/déplacés dans ce pays pauvre de 4,5 millions d'habitants.