KENYA – LITTERATURE : DECEPTION APRES LE PRIX NOBEL ATTRIBUE A L’AMERICAIN BOB DYLAN.

Ce jeudi 13 octobre, le prix Nobel de littérature 2016 a été remis à Bob Dylan, qui ne faisait pourtant pas partie des favoris annoncés de cette édition. A la surprise générale, le mythique chanteur et parolier, qui ne faisait pas partie des favoris, a été récompensé par l'Académie suédoise, au détriment du kenyan Ngugi wa Thiong'o qui avait les faveurs des pronostics. Un revers amer pour toute l’Afrique.

 
Par Achille Assako
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
L’Académie du Nobel a pris tout le monde par surprise. D’abord en ne dévoilant qu’en dernier le nom du prix Nobel de littérature qui habituellement est rendu public au même moment que tous les autres, pour des raisons dit-on de calendrier. Ensuite, le nom du principal vainqueur, successeur de la Bélarusse Svetlana Alexievitch a tout autant été une surprise. 
 
Bob Dylan, désigné Nobel de Littérature 2016  à la salle de la Bourse à Stockholm a été récompensé "pour avoir créé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine de nouveaux modes d'expression poétique", a annoncé la secrétaire générale de l'Académie, Sara Danius, sous les hourras de l'assistance. L'Américain de 75 ans, qui est le premier musicien à être récompensé par l'Académie depuis la création du prix en 1901. "Bob Dylan écrit une poésie pour l'oreille", a expliqué Sara Danius à la télévision publique SVT, affirmant que les membres de l'Académie avaient manifesté "une grande cohésion" dans ce choix. Présenté par l'Académie suédoise comme une "icône", le chanteur est toujours actif aujourd'hui. Il a sorti en mai son 37e album studio, "Fallen Angels", où il interprète des standards américains.
 
Mais tout cela n’est pas du goût de tout le monde. Et les africains se sentent lésés dans cette reconnaissance qui s’accompagne quand même d’une récompense de 8 millions de couronnes suédoises, soit environ 538 millions de Fcfa (822 000 Euros). 
Jusqu’à quelques heures avant que ne soient dévoilés les récipiendaires, le Kényan Ngugi wa Thiong'o avait les faveurs des parieurs quelques heures avant la remise du prix, juste devant le Japonais Haruki Murakami, toujours cité parmi les favoris depuis 2006. 
Ngugi wa Thiong'o 78 ans, universitaire, auteur prolifique, romancier dramaturge et essayiste compte à son actif plus de 30 œuvres dont quatre de renommée mondiale - La rivière de vie (1965) ; Et le blé jaillira (1967) ;  Pétales de sang (1977) ; Décoloniser l'esprit (1986). Il a aussi été et vainqueur des Prix Fonlon-Nichols en 1999 et Premio Nonino en 2001. Toute l’Afrique s’attendait donc à ce qu’il soit désigné prix Nobel de littérature en 2016, mais cela ne sera pas le cas. Le comité Nobel a préféré un musicien à sa place, soulevant le courroux de la communauté littéraire kényane et africaine qui voit dans ce déni un refus de reconnaissance du talent d’un écrivain aussi talentueux que tous les africains réunis Wole Soyinka, Nobel en 1986, Naguib Mahfouz en 1988, Nadine Gordimer en 1991 et J. M. Coetzee, et 2003. Racisme ?