NIGERIA – TERRORISME : UNE CENTAINE DE LYCEENNES DE CHIBOK DETENUES PAR BOKO HARAM REFUSE DE QUITTER LES ISLAMISTES

Des mariages forcés, grossesses et naissances de bébés  seraient à l’origine de ce refus d’environ 100 lycéennes de Chibok de retourner à « la civilisation ». Une annonce qui douche l’enthousiasme observé après la libération de 21 de leurs camarades il y a une semaine.

Par Habib Hassan

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

D’après l’agence A.P reprenant une interview de M. Pogu Bitrus responsable du Chibok Development Association, ces 100 filles seraient radicalisées par Boko Haram. Mais en plus, elles ont été mariées de force aux ‘‘terroristes’‘, et ont ‘‘conçu des enfants avec eux’‘, raisons pour lesquelles elles refusent de rentrer chez elles. Des sources anonymes proches de la chaîne américaine ABC avaient apparemment déjà indiqué que des négociateurs en contact avec le groupe Boko Haram confirmaient que 100 des jeunes filles du Lycée de Chibok enlevées ne veulent plus retourner chez elles pour les motifs ci-dessus évoqués. Des réticences qui ne vont sûrement pas plaire aux familles qui espèrent revoir leurs filles kidnappées depuis avril 2014. Mais jusque-là, aucune autre source officielle n’a confirmé ou infirmé cette information. M. Pogu Bitrus a par ailleurs suggéré que les 21 filles libérées il y a une semaine aillent poursuivre leurs études à l‘étranger, pour éviter d’être stigmatisées au Nigéria. Sur les 250 filles enlevées en Avril 2014, une douzaine se sont échappées et une autre douzaine serait morte en captivité, a renchéri le leader communautaire.