RDC : LA QUETE DE L’OR FAIT UN BILAN PROVISOIRE DE 20 MORTS

Écrit par Afrik-Inform. Publié dans Société

Le territoire de Fizi, dans lequel a eu lieu l’éboulement a abrité pendant longtemps le maquis de Laurent-Désiré Kabila, tombeur en...

Un bilan provisoire de vingt morts suite a un éboulement dans une mine d’or exploitée illégalement, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), ce dimanche 18 Décembre a appris Afrik-inform. Grâce a ses mines la RDC est un des premiers producteurs de cuivre de la planète

Bianca Fatou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ce bilan encore provisoire est appelé à s’alourdir du fait de l’exploitation illégale de la carrière. Par des mineurs clandestins, qui utilisent souvent des méthodes artisanales pour exploiter les minerais. L'éboulement a eu lieu dans un carré minier à Makungu situé dans le territoire de Fizi, près de la frontière avec la province du Tanganyika, à plus de 270 km au sud de Bukavu, capitale du Sud-Kivu.L'information confirmée par le ministre des Mines de cette province, Apollinaire Bulindi.

Le territoire de Fizi,dans lequel a eu lieu l’éboulement est une zone qui est réputée hostile au pouvoir de Kinshasa. Et a abrité pendant longtemps le maquis de Laurent-Désiré Kabila, tombeur en 1997 du dictateur Mobutu Sese Seko et père de l'actuel président congolais Joseph Kabila.

Aujourd'hui, la zone, où l'on trouve de nombreuses mines d'or est le repaire des maï-maï Yakutumba, du nom d'un ancien officier de l'armée régulière qui s'est auto-proclamé "général" et affirme vouloir chasser M. Kabila du pouvoir. Selon certains rapports d'experts, toutefois, il se contente surtout de contrôler divers trafics avec la Tanzanie à travers le lac Tanganyika, qui sert de frontière naturelle entre ce pays et le Congo. Les maï-maï sont des milices d'autodéfense généralement constituées sur une base ethnique.

Selon le centre de recherche International Peace Information Service (IPIS), basé en Belgique, la plupart des mines d'or du Fizi sont contrôlées - parfois conjointement - par des maï-maï ou des soldats de l'armée congolaise censés les combattre. Ruinée par 30 ans décennie d'incurie gouvernementale sous Mobutu avant d'être ravagée par deux guerres entre 1996 et 2003, la RDC, au sous-sol fabuleusement riche en matières premières, est un des pays les moins développés de la planète. L'Etat peine toujours à établir son autorité sur de larges pans de territoire dans la moitié est du pays, où sévissent encore une cinquantaine de milices.

Les "creuseurs artisanaux" se comptent par dizaines de milliers en RDC. Ces damnés de la terre, que la nécessité contraint à travailler pour un salaire de misère généralement avec un équipement rudimentaire et sans la moindre sécurité, étaient estimés il y a quelques années à plus de 130.000 rien que dans l'ancienne province du Katanga (sud-est), dont les mines
permettent à la RDC d'être un des premiers producteurs de cuivre de la planète.