GABON : UN AUDIT DE L’HABITAT POUR ASSAINIR LE FONCIER

Au cours d’une conférence de presse à Libreville cette semaine, le vice premier ministre gabonais en charge de l’urbanisme, de l’habitat social et du logement, Bruno Ben Moubamba, indique qu’il lance un « audit de l’habitat ». Destiné à démasquer et neutraliser les « fossoyeurs » du foncier au Gabon, cet audit servira de préalable à des poursuites judiciaires. Apprend Afrik-inform

Bianca Fatou

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Dès son arrivée à la tête du ministère du logement, après un état des lieux, le membre du gouvernement a dénoncé le désordre urbanistique au Gabon. Un phénomène qui selon lui est favorisé par la corruption et l’enrichissement illicite de certains haut cadre de l’administration dont il a à la charge. Il precise par ailleurs : « Nous confirmons avoir commis un audit de l’habitat pour déterminer les responsabilités des uns et des autres dans le naufrage de la question du logement, de l’urbanisme et de l’habitat dans notre pays. Le moment venu, le ministère public recevra les conclusions de l’audit de l’habitat et sera libre d’engager toutes les poursuites nécessaires 

Par ailleurs, Ces derniers mois déjà le membre du gouvernement s’était attelé à résoudre la question de l’occupation illégale des logements sociaux d’Angondjé et de Bikélé. Après avoir rencontré les différentes personnes concernées notamment les bénéficiaires et les squatteurs dont certains qui refusent toujours de libérer les lieux, Bruno Ben Moubamba s’en est remis au Procureur de la République. Il y a près de 800 logements sociaux, construits par l’Etat grâce à des partenariats publics-privés qui sont occupés illégalement. Parmi les squatters, l’on trouve des militaires et policiers. En sa qualité du ministre du logement, Bruno Ben Moubamba avait menacé de déloger ces personnes même par la force si elles ne libéraient pas les dites maisons. Si certains squatters ont libéré, d’autres (plus de 80%) font encore de la résistance.