BURKINA FASO – JUSTICE : LA PRESIDENTE DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA COMMUNICATION EN PRISON POUR 800 MILLIONS DE FCFA.

Écrit par Afrik-Inform. Publié dans Société

 La présidente du Conseil supérieur de la communication

du Burkina Faso, Nathalie Somé, a été inculpée et écrouée mercredi soir pour des malversations présumées...

  La présidente du Conseil supérieur de la communication (CSC) du Burkina Faso, Nathalie Somé, a été inculpée et écrouée mercredi soir pour des malversations présumées,a-t-on appris jeudi dernier de source judiciaire. Un nouveau pas franchi dans la lutte contre les détournements au « pays des hommes intègres ».

Par HABIB HASSAN

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 D’après nos sources, la procureure du tribunal de grande instance de Ouagadougou, Maiza Sérémé, « a requis l'ouverture d'une information judiciaire contre Somé Nathalie pour des faits de détournement de deniers publics, faux et usage de faux, corruption, surfacturation, blanchiment de capitaux et népotisme ». En plus, « le juge d'instruction a procédé à l'inculpation de toutes les personnes poursuivies et a jugé nécessaire de placer Somé Nathalie et son directeur administratif et financier Séré Souleymane en détention préventive », a poursuivi cette source.

A lire...BURKINA-FASO - JUSTICE: LE PROCÈS DE COMPAORÉ ET SES EX MINISTRES SUSPENDU

Cette affaire survient après la transmission au parquet d'un rapport de l'Autorité Supérieure de Contrôle d'Etat et de lutte contre la corruption sur la gestion des fonds alloués au CSC pour l’organisation des élections de 2015. Dans ce rapport publié en mai 2017, après dix mois d'enquête, l'Autorité de Contrôle reprochait à Mme Somé de « multiples violations intentionnelles des procédures de passations des marchés publics et des dépenses irrégulières portant sur plus de 800 millions de francs CFA » (plus de 1,3 million d'euros), soit 87% du montant des dépenses exécutées.

Mme Somé a pourtant toujours récusé ce rapport, exigeant en vain une contre-expertise. Néanmoins, trois autres personnes sont poursuivies dans la même affaire, entre autres pour détournement ou complicité de détournement de deniers publics, complicité de faux et usage de faux et de commerce incompatible, complicité de surfacturation, de blanchiment de capitaux et népotisme. Journaliste de formation, Nathalie Somé, 56 ans, avait rejoint le CSC comme chef du bureau de la presse en 2013, avant d'être élue à la tête de l'institution en 2014.