CAMEROUN – SECESSION : LE BILAN CONTROVERSE DES AFFRONTEMENTS DU 1ER OCTOBRE EN ZONE ANGLOPHONE.

 

Au moins 17 personnes ont été tuées dimanche dans les deux régions anglophones du Cameroun en marge d'une proclamation symbolique d'indépendance par des séparatistes vis-à-vis de la majorité francophone, selon un bilan établi lundi par Amnesty International et des sources officielles. Un bilan contesté par la protestataires.

Par Habib Hassan

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Dans un communiqué rendu public ce Lundi, l’ONG « Amnesty International peut confirmer qu'au moins 17 personnes ont été tuées par les forces de sécurité lors des manifestations (de dimanche) dans plusieurs villes des régions anglophones du Cameroun ». Un bilan qui épouse celui dressé par les autorités camerounaises. De sources officielles, « Au moins dix-sept civils, dont deux Nigérians, ont été tués ».

Le gouverneur du Nord-Ouest, une des deux provinces anglophones, a compté onze morts dans sa seule région, dont cinq dans une tentative d'évasion dans une prison. Face à la l’antenne locale de la chaine de télévision publique camerounaise la CRTV le gouverneur de la région du Nord Ouest Adolphe Lele Lafrique a déclaré avoir « globalement sur l'ensemble de la région six décès qui ont été enregistrés ». A ce chiffre s'ajoute la mort de cinq détenus dans une prison de Kumbo, a-t-il ajouté.

A lire...AFRIQUE CENTRALE ET OUEST : CAMEROUN-NIGERIA : LA MALÉDICTION DU 1ER OCTOBRE

En effet, des prisonniers avaient décidé de mettre le feu à leur prison pour faciliter leur évasion, comptant certainement profiter du trouble régnant dans la région. « Sur le coup de cette évasion, les gardiens de prison ont atteint quatre d'entre eux qui ont rendu l'âme sur place. L'un d'entre eux, évacué, a rendu l'âme à l'hôpital. Trois autres sont sous soins médicaux", a dit le gouverneur. Six personnes ont en outre été tuées dimanche dans la seconde région anglophone, le Sud-Ouest, selon un premier comptage des autorités régionales. Au moins un gendarme et plusieurs civils y ont aussi été blessés.

A lire...OPINION - CAMEROUN [CRISE ANGLOPHONE] : VOICI POURQUOI L\'AMBAZONIE N\'EXISTERA JAMAIS.

 Lundi, il a été dénombré deux autres morts au cours des violences du week-end. Un jeune habitant de Kumba, dans la région du Sud-Ouest, a été « tué samedi par les forces de sécurité », a déclaré à un infirmier de la ville à la rédaction d’Afrik-inform.com. Le maire de la ville de Kumbo, Donatus Njong, a affirmé que les forces de l'ordre avaient « tué un citoyen » dimanche, déclaration semblable d’un journaliste d’expression anglophone exerçant dans la chaine de radio la plus écoutée de la capitale économique qui a annoncé « avoir vu mourir son ami qui marchait près de lui » après un tir dans leur direction, alors qu’ils se trouvaient dans le Sud-Ouest. Toutes ces déclarations laissent croire que le bilan de ces affrontements serait bien plus lourd.

A lire...CAMEROUN-CRISE : QUELLES SONT LES REVENDICATIONS DES ANGLOPHONES ?

0
0
0
s2sdefault