BURKINA FASO : MACRON DONNE LIBRE ACCES AUX DOCUMENTS TOP SECRET CONCERNANT L'ASSASSINAT DE SANKARA

Le président français Emmanuel Macron a promis, mardi 28 novembre, à l'issue d'un entretien avec le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré à Ouagadougou, que tous les documents français concernant l'assassinat de l'ancien président burkinabé Thomas Sankara en 1987 seraient "déclassifiés".

Christ pharel

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

"Les archives sont aujourd'hui disponibles et ouvertes à la justice burkinabè, sauf pour les documents classifiés et couverts par le secret défense. J'ai pris un engagement clair et je viens de le dire au président Kaboré : ces documents seront déclassifiés pour la justice burkinabè, qui aura accès à tous les documents sur l'affaire Sankara", a déclaré le président français lors d'un point presse.

A lire...BURKINA FASO : FRANÇOIS COMPAORÉ LAISSÉ EN LIBERTÉ, SELON SON AVOCAT.

La mort de Thomas Sankara, devenue une figure panafricaine, était un sujet tabou pendant les 27 ans de pouvoir de l'ancien président Blaise Compaoré, qui a succédé au "père de la révolution".Blaise Compaoré, qui vit en exil en Côte d'Ivoire depuis 2014, est soupçonné d'avoir participé au complot par de nombreux Burkinabè, qui y voient aussi la main de la France, ancienne puissance coloniale qui aurait été gênée par la politique anticolonialiste de Sankara.

Emmanuel Macron aimerait ouvrir une nouvelle ère. Après avoir, durant six mois, fait voler en éclat beaucoup de certitudes en politique intérieure, le chef de l'Etat entamait lundi 27 novembre une semaine importante sur le continent africain. Avant la Côte d'Ivoire et le Ghana mercredi et jeudi.

A lire...BURKINA FASO – JUSTICE : LA PRESIDENTE DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA COMMUNICATION EN PRISON POUR 800 MILLIONS DE FCFA.

Pour montrer qu'il appartient à une nouvelle génération, éloignée du passé colonial, Emmanuel Macron parlera surtout partenariat économique, entrepreneuriat, éducation, sport et énergies renouvelables, plutôt que d'aide au développement. Le choix du Burkina Faso pour s'adresser à l'Afrique marque aussi un changement par rapport aux anciens Présidents. "Traditionnellement dans la Ve République, les présidents français allaient plutôt à Dakar au Sénégal ou à Abidjan en Côte d'Ivoire.