CAMEROUN CAN 2019 : MM-10 QUE VALENT ENCORE LES DÉFENSEURS CAMEROUNAIS ? AFRIK-INFORM

 

Nous poursuivons notre série sur la ‘’valeur réelle des internationaux camerounais qui côtoient notre sélection fanion depuis 18 mois’’. Sous réserve de leurs performances à suivre pendant la saison 2018-2019, qui mérite de continuer avec les Lions Indomptables et de figurer dans une éventuelle liste des 23 si la CAN avait lieu demain ? Ouvrons le chapitre ou l’épisode  des défenseurs centraux.

 

                                                                                                         Par Hervé Junior MENOM

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  1. Mickael NGADEU NGADJUI :

C’est le patron de la défense des lions. Depuis quand ? Depuis la dernière coupe d’Afrique des nations. Au Gabon, l’ancien joueur du Canon de Yaoundé avait été impérial alliant puissance et intelligence de jeu. Auteur de deux buts, la prestation du dossard 5 des lions avait été saluée par toute la presse internationale et même par certains des adversaires du Cameroun. Ngadeu est donc une valeur sure et si on doit bien quelque chose à Hugo Bross c’est de l’avoir révélé au grand public un certain 3 septembre 2016 à Limbé dans un match contre la Gambie qui comptait pour du beurre. Depuis cette date, le sociétaire du Slavia Prague n’a plus jamais quitté le groupe sauf en cas de blessure.

Et les blessures sont bien en ce moment ce qui gêne considérablement l’évolution de Mickael. Après avoir miné sa fin de championnat, elles sont entrain de gâcher sa préparation pour la nouvelle saison. C’est là la seule ombre au tableau en ce qui le concerne. Car un NGADEU NGADJUI en forme est un titulaire indiscutable en équipe nationale du Cameroun. 

2- Adolphe TEIKEU 

Avec Ngadeu, il a formé à la CAN une paire solide en défense centrale. Depuis les années Song/ Kalla, on avait plus jamais été si rassuré derrière. Mais malheureusement sans aucune raison flagrante le niveau du dossard 4 des lions est allé decrescendo depuis la glorieuse CAN. A la coupe des confédérations, dans la double confrontation contre le Nigeria en éliminatoires de coupe du monde 2018, contre le Koweit, contre le Burkina Faso, Teikeu n’a plus respiré la confiance. Un constat que certains observateurs du championnat de France de Ligue 2 avaient déjà commencé à faire en regardant les matchs de Sochaux. Car malgré ses 29 matchs et le brassard de capitaine, il a toujours manqué ce petit quelque chose qui ferait de Teikeu un TOP PLAYER, un incontournable !

Et alors que l’on s’attend à une véritable remise en question de sa part, voici que le joueur nous surprend en décidant de rejoindre OHOD de Médine un club saoudien pour la suite de sa carrière.

Finalement rien de bien surprenant quand on analyse à la loupe la trajectoire professionnelle du vice-champion d’Afrique junior de 2009. Parti d’Arsenal de Yaoundé, il a évolué en Ukraine au Metalurh Zaporijia puis au Tchornomoret Odessa avant de déposer ses valises en Russie au Terek Grozny. Des destinations ‘’olé olé’’, que Teikeu connait donc bien et qui ne l’ont pas empêché d’atterrir à Sochaux et d’être champion d’Afrique en 2017. Ainsi, le gars maitrise sa carrière. Du coup on ne peut que lui souhaiterla mêmeréussite surtout qu’il n’a signé que pour une année plus une en option en Arabie Saoudite.

Avouons froidement cependant qu’il lui faudra cravacher dur pour garder une place de titulaire en sélection avec son niveau qui va logiquement encore baisser.

 

  1. Yaya BANANA 

Il n’est pas un anonyme pour qui suit les équipes jeunes de football du Cameroun. Avec Teikeu, Zoua, Tiko Messina ou feu Ekeng Ekeng, il est de la génération vice-championne d’Afrique en junior (U 20) en 2009 au Rwanda. Un bon défenseur central qui n’a pas eu souvent du mal à s’imposer dans les clubs qui l’ont employé. Espérance de Tunis, Sochaux, Platanias, Panionos. La saison qui s’est achevée lui a d’ailleurs permis de jouer 29 matchs en 30 journées.

 Malgré cette belle carte de visite, Banana n’a jamais vraiment fait son trou en équipe nationale qu’il côtoie pourtant depuis 2011. Des prestations toujours en dent de scie à cause d’un manque de confiance et d’une difficulté déconcertante à élever son niveau de jeu quand le contexte l’exige. Le match Cameroun/Nigeria du 4 septembre dernier est là encore pour nous le rappeler. Toujours dans les petits papiers des sélectionneurs toutefois, il a bénéficié encore de précieux temps de jeu récemment lors des deux dernières sorties des lions indomptables. A l’arrivée, un léger mieux mais toujours pas de match référence pour Yaya.

  1. Jérôme GUIHOATA 

Sa présence dans cette analyse que nous voulons très objective sonne beaucoup plus comme un avertissement à tous les décideurs du foot camerounais. « ON NE VEUT PLUS DE CE JOUEUR TANT QU’IL NE HAUSSERA PAS SON NIVEAU ».

En effet, Guihoata est une énigme tant en club qu’en sélection. Coéquipier de Yaya Banana à Panionos en Grèce, son compteur affiche 17 matchs seulement disputés en 2017-2018. Le dernier en intégralité remontant même au …28 Février 2018. Des statistiques moribondes que ce joueur de 23 ans traine partout ou il passe. Saison 2013-2014  à Tours 11 matchs. Saisons 2014-2016 à Valenciennes, 18 matchs. Famélique !

Débarqué en équipe nationale fanion à la suite mondial raté de 2014 avec les Ondoa, Njié, Oyongo… il est le seul ou presque à n’avoir jamais rien prouvé. Utilisé en défense centrale ou sur le côté droit, le résultat avec Jérôme Guihoata est toujours le même : MAUVAIS.

Et pourtant les sélectionneurs s’obstinent à l’appeler pour des compétitions majeures comme ce fut le cas récemment encore à la coupe des confédérations.

  1. Jean Arme KANA BIYICK 

C’est un vrai stoppeur. Dur sur l’homme, intelligent dans le placement, bon relanceur Kana Biyick est un professionnel qui maitrise les bases du football. Il est né dans le football et a été éduqué pour devenir un champion de football. Et sans doute que s’il avait décidé de garder sa nationalité sportive française, il serait champion du monde aujourd’hui.

C’est Jean Paul AKONO qui est allé le chercher à Rennes à l’époque pour qu’il rejoigne les lions à la faveur notamment d’un match couperet à Yaoundé contre le Cap Vert. Il avait répondu présent. Malheureusement il n’a pas résisté au départ de Magnusson. Sa sortie de l’équipe nationale ressemblant même à une éviction puisqu’il avait profité de sa non sélection surprise pour le Mondial 2014 pour révéler de façon fracassante le système de corruption qui mine l’équipe nationale. Dans la foulée de ses déclarations, il mettait un terme à sa carrière internationale.

A lire...CAMEROUN-CAN 2019: MM-10 : QUE VALENT NOS GARDIENS DE BUT ? AFRIK-INFORM

Grace à l’entregent de Samuel Eto’o et du Président du comité de normalisation, le fils d’André KANA BIYICK est de retour. Enfin, presque. Tout compte fait, il est attendu parce qu’à son poste dans les 6 à 7 championnats majeurs en Europe aucun camerounais sélectionnablen’affiche ses statistiques. Avec Kayserispor en 1ere division turque il a notamment joué 30 matchs sur 34 possibles. Il aurait fait le plein certainement s’il ne s’tait blessé en fin de saison. Des chiffres que Jean Armel âgé de 29 ans atteint presque toujours depuis 10 ans qu’il a démarré son parcours professionnel. Il n y a qu’au Cameroun qu’on peut s’amuser avec un tel joueur.

  1. Nicolas NKOULOU 

On s’est demandé s’il fallait inclure le néo retraité international dans ce travail. Mais avec à peine trois défenseurs centraux de niveau international, nous nous sommes dit qu’il était bon dès maintenant de faire une pétition pour que Nicolas NKOULOU sorte de son break international. En effet après le sacre au Gabon, l’ancien joueur de Marseille avait décidé de prendre une pause avec les lions. Untemps mort qui l’a aidé à retrouver sa splendeur en club puisqu’il vient d’achever une saison XXL avec le Torino en Italie. Nkoulou est redevenu lui-même ! C’est-à-dire un joueur à forte valeur intrinsèque qui dans ses beaux jours serait titulaire dans toutes les équipes du monde entier.

Pour qu’il retrouve la tanière cependant, il faudrait en plus d’une pétition lancée par les supporters des lions et les journalistes, une vraie médiation. Parce que Nkoulou est un homme frustré aujourd’hui. Frustré de ces longues luttes internes de 2010 à 2017 pour le contrôlede l’équipe nationale. Frustré de l’attitude cavalière qu’ont eu les dirigeants du football et l’ancien sélectionneur pour ce qui était de la gestion de son cas pendant la CAN notamment.

Il est un homme extrêmement réservé il va donc falloir user de beaucoup de tact. Sur  le terrain dans tous les cas, on a besoin de son expérience de plus de 50 sélections à 28 ans.

A bientot pour les défenseurs latéraux gauches.

0
0
0
s2sdefault