SUPPORTER N °1 DU FOOTBALL
VOTRE SITE DE PARI EN LIGNE
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT
TECNO CAMON 11, LE SMARTPHONE QUI VOUS CONVIENT

CAMEROUN-CAN 2019 : MM-10 : QUE VALENT ENCORE LES LATERAUX CAMEROUNAIS ? AFRIK-INFORM

 

Intéressons-nous dans la suite de notre dossier, sur la ‘’valeur réelle des internationaux camerounais qui côtoient la sélection nationale fanion de football depuis 18 mois’’, aux défenseurs latéraux. Aujourd’hui le football les considère comme des attaquants bis capables d’apporter le surnombre devant sans toutefois négliger leur tâche première qui est de bien défendre. Il s’agit donc d’un secteur de jeu clé dans le foot moderne ou le Cameroun retrouve un équilibre  après une traversée du désert qui a duré presque 6 ans.

 

                                                                                                       Par Hervé Junior MENOM

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

A gauche

AMBROISE OYONGO BITOLO :

il fait partie des « minots » qui ont pris le pouvoir en sélection en 2014 après le mondial raté du Brésil. A 27 ans, « Grosso » fait même partie des cadres  en équipe nationale actuellement. Revenu à la compétition le 6 mai dernier après une blessure qui l’a éloigné des terrains pendant presqu’un an, Oyongo Bitolo n’a pas eu de difficulté à retrouver le 11 entrant des lions. En effet avec seulement deux matchs dans les jambes en club le natif du Mbam dans le Centre-Cameroun, était titulaire à Beauvais le 27 mai. Et contre le Burkina Faso, c’est d’ailleurs lui qui a obtenu le penalty de la 80e minute mal exploité par Clinton Njié. C’est donc dire l’envergure internationale prise par l’ancien joueur du Coton sport de Garoua aujourd’hui. Une envergure et une aura qui à coup sûr prendront du volume d’ici à Juin 2019 puisque le dossard 6 des Lions Indomptables est annoncé titulaire pour la nouvelle saison avec Montpellier, bon club de Ligue 1 française.

Les signaux sont donc très au vert concernant Ambroise Oyongo Bitolo car sur et en dehors des terrains c’est un « coq » !

Seul bémol, sa propension souvent à en faire un peu trop dans son attitude. Le problème de tous les extravertis quoi.

JONATHAN NGWEM :

Il vient de s’engager avec Al Gouna en 2e division égyptienne et on espère que ce sera le vrai déclic de la carrière de ce joueur talentueux. Il y a tellement eu de faux départ avec l’ancien joueur d’Unisport de Bafang qu’on a commencé à perdre patience. A cause de son instabilité  d’ailleurs il été sorti du groupe Cameroun en 2018 par Alexandre Belinga alors qu’Hugo Bross en avait fait un porte bonheur ! De tous les rassemblements en 2017, il était toujours là avec le belge sans pratiquement jamais jouer, malheureusement. Une situation qui a rendu obscure sa vie professionnelle à tel point que personne ne sait aujourd’hui quel est son niveau de forme réel, peut être lui-même. Peut-t-il être encore international dans sa vie ?

Il lui faudra être en tout cas  vraiment monumental dans ses performances en club pour prétendre encore être la doublure d’Oyongo Bitolo dans la préparation ou pour la CAN 2019. Une doublure qui ressemblait plus à un accompagnateur, un porteur de sac. Quel gâchis !

A lire...CAMEROUN CAN 2019 : MM-10 QUE VALENT ENCORE LES DÉFENSEURS CAMEROUNAIS ? AFRIK-INFORM

FABRICE NGAH :

il a remplacé numériquement Ngwem en 2018. C’est qu’Alexandre Belinga sélectionneur par intérim des Lions en a fait son gars ‘’sur’’ n’hésitant pas à le convoquer deux fois de suite contre le Koweit en Mars et contre le Burkina Faso en Mai. A Koweit City, l’ancien joueur des Astres de Douala a même démarré la partie. Une belle marque de confiance vis-à-vis d’un joueur qui évolue au Maroc. Et Fabrice Ngah a su se montrer à la hauteur de l’évènement puisqu’il n’a pas du tout été ridicule. Des problèmes de visa ne lui ont pas permis de répondre à sa deuxième convocation ou Belinga certainement allait encore tenter l’expérience.

 La certitude avec Fabrice Ngah aujourd’hui est la suivante : tant que Belinga sera là, il sera là !

Le défenseur latéral a une vraie carte à jouer surtout qu’après Oyongo c’est le désert à gauche. Sa combativité, son énergie qu’il peut mettre aussi au service de l’équipe en évoluant au milieu du terrain a séduit plus d’un observateur. Fabrice Ngah a 21 ans et il ne joue pas beaucoup à Difaa El Jadidi, un club qui a joué les premiers rôles dans le championnat marocain de football (Botola pro)  la saison passée.

A lire...CAMEROUN-CAN 2019: MM-10 : QUE VALENT NOS GARDIENS DE BUT ? AFRIK-INFORM

SERGE LEUKO :

Il est aussi un aspirant au poste de latéral gauche numéro 2 dans les Lions Indomptables. Etant donné que ni lui, ni Fabrice Ngah ni Jonathan Ngwem qui ont évolué dans le couloir gauche entre Janvier 2017 et maintenant, n’ont réussi à inquiéter la hiérarchie Oyongo. Les trois sont donc plus ou moins au même niveau mais des trois, Serge Leuko est celui qui a le plus joué avec les Lions ces derniers 18 mois. Contre la Guinée en amical juste après la CAN 2017 et contre le Nigéria en aller et retour dans la course à la qualification pour Russie 2018. Le joueur de CD Lugo en deuxième division en Espagne n’a malgré cela pas marqué les esprits. Comme si la scabreuse affaire de népotisme et d’achat de sélection dans laquelle son nom avait été mêlé en 2016 avec celui d’Alphonse Tchami, continuait de le suivre. Doté d’un fort potentiel à en croire ses formateurs à la fundesport, Leuko  traine le poids de cette affaire. Les regards sont pesants et visiblement ils l’empêchent de jouer libéré. Il est brouillon, hésitant et balbutie son football chaque fois avec les lions. On dirait qu’il veut mais il ne peut pas.

Peut-être la solution pour le retrouver serait donc d’abord d’arrêter de l’appeler comme si on cherche à justifier absolument quelque chose, pour engager avec lui des vraies séances de thérapie.

A droite

COLLINS FAI :

Il est devenu en pleine compétition le patron du couloir droit des Lions Indomptables. En effet, c’est à l’occasion du match contre la Guinée Bissau en 2e journée de la phase de poule de la CAN 2019 que le sociétaire du Standard de Liège a été intronisé. Avec lui, on a trouvé enfin un digne héritier de Geremi Njitap. Pas dans la forme mais dans le fond !

Collins FAI a tout d’un latéral droit de haut niveau. Difficile à battre dans les duels, intelligent pour suivre les actions, rapide dans ses montées et ses replis défensifs, adroit dans ses centres, athlétique comme un grand champion…l’ancien joueur d’Union de Douala nous met d’accord et est parti pour durer.

Et il n y a pas qu’en sélection nationale que le ‘Bamenda Boy’ rend fier les camerounais. Même en club, il est authentique. Dans un effectif de près de 40 joueurs il a réussi a être toujours parmi les choix de son coach avec 38 matchs disputés toutes compétitions confondus et une coupe de Belgique remportée. A côté de ces performances sportives remarquables, il y a un homme d’une grande humilité.  A la suite de la blessure d’Oyongo Bitolo à la veille de la coupe de la confédération n’a ainsi pas hésité à dépanner à gauche. Et il a été bon !

ERNEST MABOUKA :

C’est lui qui fait les frais de la très bonne forme de Fai. Et il n’a qu’à s’en prendre à lui-même surtout que c’est parti pour durer sauf miracle. Mabouka joueur professionnel depuis 2010 n’a en effet jamais fait un match professionnel avec les Lions Indomptables. Plusieurs fois champion et vainqueur de la coupe de Slovaquie, l’ancien joueur des Astres de Douala n’a pas encore mis sérieusement son expérience au service du Cameroun. Ses matchs restent approximatifs. De ses douze sélections, aucun match référence à ce jour, il fait toujours comme un débutant !

Cette négligence désormais est perceptible en club. Au Maccabi Haifa en Israel depuis Juin 2017, Mabouka n’a joué que quatre matchs la saison écoulée.

Gageons que le sursaut d’orgueil soit en route. Longtemps chouchouté par Hugo Brosse et par la presse, le champion d’Afrique vient d’être éjecté du groupe Cameroun pour les matchs de 2018. Alexandre Belinga  préférant appeler Allan Nyom.

ALLAN NYOM :

il a signé son retour cette année après deux ans d’absence dans la tanière. Auteur de 29 matchs en Premier League, on peut dire que Nyom le mérite bien. Mais le dire sans ambages c’est  ignorer l’histoire du natif de Neuilly sur seine avec les lions Indomptables. Car depuis qu’il a rejoint le les quintuples champions d’Afrique en 2011 son problème n’a jamais été sa compétitivité. Au contraire, Allan Roméo NYOM est l’un des camerounais les plus réguliers en club franchissant toujours les 37 matchs par saison depuis 2009. Le problème de Nyom réside dans ses performances en demi-teinte avec le vert-Rouge-Jaune et sa moralité.

Qui ne se souvient pas de l’attitude de l’ex joueur de Watford qui avait précipitamment quitté le stage alors que les lions s’apprêtaient à rallier Niamey pour un match contre le Mena comptant pour le 1er tour éliminatoire Coupe du Monde Russie 2018 ? Le joueur avait quitté le groupe sans crier gare après avoir point sa prime de présence et ses équipements. Un comportement de voyou jamais éclairci jusqu’à ce jour ni par Nyom ni par la fecafoot. A côté de cela on l’a dit ses performances n’ont jamais été mémorables mais bien en deçà de ce qu’on peut attendre d’un joueur de son calibre.

Nyom est donc de retour et le moins que l’on puisse dire, un peu à l’image de ce qui se passe sur le flanc gauche est qu’il y a un intouchable et des aspirants pour le rôle de doublure.

A bientôt pour les milieux de terrains. La série plus que jamais est en cours !

0
0
0
s2sdefault