FRANCE –JUSTICE : LA CONDAMNATION DU FOOTBALLEUR IVOIRIEN SERGE AURIER A DEUX MOIS DE PRISON SOULEVE LA POLEMIQUE

Beaucoup d'observateurs de la scène sportive du monde trouvent injuste la condamnation de l'international ivoirien Serge Aurier actuel défenseur du Paris Saint Germain le club de la capitale française. Certains ont pris fait et cause pour le joueur, dans un contexte où Nicolas Sarkozy est de nouveau en lice pour une élection présidentielle, alors que sa culpabilité est quasiment établie dans plusieurs affaires du temps où il était aux affaires

Par Eric Vareni

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La décision de justice qui est tombée ce lundi  condamnant Aurier, cette icône du football africain  à  deux mois de prison ferme pour altercation avec la police en Mai dernier à la sortie d'une boîte de nuit continue d'alimenter les conversations.

Entendu sur Radio France International, le chroniqueur J. Remy Ngono  fustige l’attitude de la justice française, estimant que la garde à vue prolongée qu’avait subi Aurier était déjà un châtiment disproportionné, pour en rajouter avec la condamnation à la prison ferme. Surtout que dans le cas d’espèce, Aurier s’était aussi plaint de violence policière.

Difficile donc de comprendre que pendant ce temps, l'enquête sur l'affaire dite "des écoutes" visant l'ancien président français Nicolas Sarkozy par ailleurs l'auteur de plusieurs malheurs sur le continent Africain (dont le plus récent révélé par Médiapart est le financement occulte de sa campagne de 2007 par le Guide Libyen Kadhafi) soit suspendue, le temps que soient examinées les requêtes en nullité déposées par ce dernier.

Ces décisions de justice un peu déséquilibrées illustrent à suffisance l'impartialité de la justice française. Une justice qui selon certains internautes laisse encore à craindre.  Bon à savoir, en dehors de ses deux mois de prison ferme, l'attaquant ivoirien écope également d'une amende de 600 euros (environ 400 000 Fcfa) de dommages et intérêts pour préjudices corporel et moral ainsi que de 1500 euros (environ 1 million de Fcfa)  de frais de justice...