Photo de l'ex-president de l'Afrique du sud

Afrique du Sud : Jacob Zuma condamné à 15 mois de prison ferme Pour outrage à la justice.

by Abdoulaye Raman
0 comment

Ce mardi 29 juin 2021, la Cour constitutionnelle sud-africaine a condamné l’ex-président Jacob Zuma à 15 ans d’emprisonnement ferme. Il est coupable d’outrage à la justice de son pays, refusant de comparaître devant une commission anti-corruption, rapporte la scène internationale.

La justice Sud-africaine n’avait avait pas encore définitivement tablé sur l’affaire de corruption qui implique l’ex-président Jacob Zuma. En 2020, il renonçait à contester des poursuites lancées contre lui dans une affaire de corruption. Par la suite, il acceptait qu’il se présentera devant la justice pour l’audience de son procès qui se tenait exactement le 6 mai 2020. La promesse n’ayant donc pas été tenue, la commission anti-corruption qui a été mise sur pied en 2018 a saisi la cour constitutionnelle.

” La Cour constitutionnelle n’a pas d’autre choix que de conclure que M. Zuma est coupable d’outrage à la justice “, a déclaré la juge Sisi Khampepe, de la plus haute juridiction d’Afrique du Sud saisie par la commission anti-corruption. Avant de rajouter dans son propos que ” Ce genre de réticence et de défi est illégal et sera puni “.

A lire aussi : Afrique du Sud : le gouvernement interdit l’élevage des lions en captivité.

Le juge Sisi Khampepe estime que cette condamnation servira de leçon à tout autre éventuel contrevenant. “Je n’ai pas d’autre choix que d’emprisonner M. Zuma, dans l’espoir que cela envoie un message sans équivoque. L’Etat de droit et l’administration de la justice prévalent”, poursuit-il.

Cette institution en charge des dossiers sur la corruption a vu le jour en 2018. Elle a entrepris d’enquêter sur la corruption généralisée pendant les neuf années M. Zuma au pouvoir. Durant les investigations menées, un peu plus de 40 témoignages mettent l’ex-président dos au mur. Or, ce dernier se donnait le luxe de garder le silence sur ce sujet aussi prégnant qu’il soit.

A lire aussi : Afrique du Sud : Jacob Zuma risque deux ans de prison pour outrage à la commission anti corruption.

Pour rappel, alors que l’on attendait des éclaircissements sur les faits qui lui étaient reprochés pendant et après son départ du fauteuil présidentiel, ce n’est qu’en juillet 2019 qu’il a brisé le silence, dans l’optique témoigner en sa faveur dans cette affaire. Le témoignage qu’il ne fera d’ailleurs qu’une seule fois qu’au 29 juin 2021, date de sa condamnation par la cour constitutionnelle.

Bien plus, Jacob Zuma s’était même offusqué du fait d’avoir été traité comme un “accusé”. Il faut donc dire que cette fois, il a intérêt à se présenter dans les 5 jours après cette condamnation, selon la cours constitutionnelle.

A lire aussi : Afrique du Sud : Umhlanga : Le festival des filles vierges.

Au regard des multiples accusations qui pesaient contre lui, il avait été contraint à démissionner en 2018. Cyril Ramaphosa, est l’actuel président de la République de l’Afrique du Sud qui l’a remplacé. Depuis son accession à la magistrature suprême, il fait de la lutte contre la corruption son credo. Le 28 avril 2020, il a été appelé à témoigner dans cette colossale qui implique son prédécesseur dans le pillage des milliards de dollars.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site internet pour recevoir automatiquement nos articles.
afrik-inform.com, l’information en un clic.

Leave a Comment