Algérie : Emmanuel Macron crée une tension entre Paris et Alger.

by Abdoulaye Raman
0 comment

S’assimilant à une politique de réconciliation en vue des élections prochaines en France, le patron de l’Elysée a proféré des citriques très dures contre un “système politico-militaire” en place en Algérie. Alger, n’ayant pas pu digérer ces propos, a décidé du « rappel immédiat » de l’ambassadeur français à Paris.

La tension règne désormais entre Paris et Alger. En guise d’avertissement, le gouvernement algérien a même interdit tout survol d’un avion militaire Français sur son territoire. En effet, Emmanuel Macron a tenu des propos relayé par le journal Le Monde, que l’Algérie, après son indépendance en 1962, s’est construite sur “une rente mémorielle”, entretenue par “le système politico-militaire”.

Le chef de l’Etat Français qui est presqu’au soir de son mandat et qui rencontre déjà plusieurs soucis face à certains pays africains, estime que la nation algérienne ne serait que l’ombre d’elle-même si elle n’avait pas connu la colonisation de la France. Bien plus, le chef de l’Etat Français questionne l’existence d’une nation algérienne avant la colonisation française.

Lire aussi : Algérie – Diplomatie : fermeture de l’espace aérien à tous les avions marocains.

Face ces propos diamétralement difficiles à accepter, le gouvernement d’Alger a donc décidé samedi du « rappel immédiat » de son ambassadeur à Paris. Dans le brouillard de ces conflits à tendance électoraliste qui opposent les deux nations notamment européenne et de l’Afrique du Maghreb, directeur de recherche à l’institut IPSE à Paris Kader Abderrahim a plutôt une lecture simplifiée de la situation de crise qui prévaut.

« C’est un vieux couple qui ne peut plus vivre ensemble mais qui sait qu’il ne peut pas se séparer », déclare Kader Abderrahim. Dans la même lancée, il souligne à quel point les intérêts sont entremêlés. « Les Algériens sont imprévisibles. Mais côté français, au bout d’un moment, on va vouloir éviter la rupture car la diaspora qui représente pas loin de deux millions de personnes pourrait se trouver déchirée » ; explique t-il.

D’une part, si l’on s’en tient aux propos du directeur de la recherche, ce conflit pourra plus exposer les algériens résidents en France et qui représentent un chiffre important au sein de la diaspora africaine.

Un discours à tendance électoraliste ?

A Alger, l’ambiance est électrique. Le quotidien L’Expression, proche du pouvoir, a estimé qu’Emmanuel Macron s’est laissé aller à « une digression impardonnable, qui n’a jamais été commise par aucun président français ». Hassen Kacimi, un expert algérien des questions migratoires, juge qu’Emmanuel Macron a surtout un objectif électoraliste à l’approche de la présidentielle d’avril 2022. « Les politiques en France sont en pleine campagne, Macron aussi », estimant qu’en France, « l’ambiance est dominée par un discours d’extrême-droite ».

Lire aussi : Sentant, sa position menacée, l’Algérie veut redevenir leader dans la crise malienne.

Abdelaziz Rahabi, ancien diplomate et ex-ministre algérien voit lui aussi des visées « électoralistes » dans les propos d’Emmanuel Macron. Selon lui, pendant les quatre premières années de tout mandat présidentiel français, l’Algérie est « perçue comme un client et partenaire sécuritaire, et comme un épouvantail la dernière année ».

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site internet pour recevoir automatiquement nos articles.

#Algérie #France

Leave a Comment