Cameroun : Accouchement de nonuplés dans un hôpital Marocain : Et si ça avait été à LAQUINTINIE ?

by Carlos Mauzaire
0 comment

L’histoire hallucinante d’Halima Cissé continue d’alimenter les tabloïds. La jeune malienne qui a donné naissance à 9 enfants dans un hôpital Marocain a pu bénéficier de la promptitude des médecins de Tombouctou et de l’accompagnement des autorités Maliennes avant son évacuation. Et si ces événements s’étaient produits au Cameroun ?

Le samedi 12 mars 2016, une dame va se rendre à bord d’un véhicule à l’Hôpital LAQUINTINIE de Douala après avoir ressenti quelques contractions. Dans un cas critique, elle ne fera l’objet d’aucune attention de la part du service d’urgences de cet hôpital. Sa famille sert les doigts, la dame quant à elle entame son dernier voyage avec les deux bébés qu’elle porte dans son ventre. Elle ne le sait pas mais son histoire tragique va faire le tour du monde. Cette dame s’appelait MONIQUE KOUMATE.

A lire aussi : CAMEROUN : Allo MINSANTE…LAQUINTINIE ÉTOUFFE !

Quelques temps après un médecin se présente avec un stéthoscope et signale que MONIQUE est morte. Elle est sortie du taxi par son conjoint et déposée à l’entrée des urgences et le médecin referme les portes derrière lui. Les enfants dans le ventre commencent à manquer d’air et donnent des coups. Le chirurgien est absent. La nièce de MONIQUE court chercher une lame chirurgicale à la pharmacie et prend sur elle d’ouvrir le ventre de sa sœur morte, pour sortir le premier bébé. Il est mort. Le deuxième respire encore et rend l’âme après une tentative de bouche à bouche…les souffles se coupent. ( Camer.be )

A lire aussi : CAMEROUN : L’HOPITAL LAQUINTINIE A ENFIN SON NOUVEAU DIRECTEUR GENERAL.

La vidéo de la nièce de Monique, tentant vainement de sauver les jumeaux va faire le tour de la toile dès le lendemain. Le lundi 14 mars 2020, la presse nationale et internationale va s’emparer de cette affaire qui reste encore dans les mémoires.

À l’heure où les prouesses des médecins qui ont suivi de bout en bout la grossesse de la malienne de 25 ans font l’objet de félicitations à travers le monde, le souvenir des cas comme ceux de MONIQUE KOUMATE qui sont malheureusement légions interpellent la conscience collective. Autre tâche d’huile sur le décor, l’histoire de Vanessa Tchatcou dont le bébé est porté disparu après accouchement dans un hôpital à Ngousso depuis plus de dix ans.

Enregistrer votre adresse e-mail sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.

afrik-inform.com, l’info en un clic.

Leave a Comment