Cameroun – Affaire Dikolo: les nouveaux propriétaires interdits de poursuivre les travaux

by Larissa Tchinda
0 comment

Samuel Dieudonné IVAHA DIBOUA a présidé samedi, 28 mai dernier, dans ses services, une réunion de crise relative à l’expropriation des populations des villages Dikolo- Bali, à Douala, dans l’arrondissement de Douala 1er. Au sortir de cette réunion, il est interdit aux nouveaux propriétaires de poursuivre les travaux, et ce pendant un mois, le temps que la commission Ad hoc créée, ne rende sa copie

La grogne des populations déguerpies au village Dikolo à Bali, dans le 1er arrondissement de la ville de Douala aurait-elle payée ?

C’est dans tous les cas ce que semble laisser croire cette réunion de crise présidée par le gouverneur de la région du littoral Samuel Dieudonné IVAHA DIBOUA le samedi, 28 mai 2022, dans ses services.

Trois heures d’horloge, c’est le temps qu’il aurait fallu pour qu’autorités politiques, administratives, traditionnelles et les élites Sawa prennent des résolutions.

D’abord, l’ordre d’arrêter immédiatement des travaux sur le site de Dikolo par l’investisseur a été intimé et ce, pendant un mois.

Par ailleurs, Une commission ad hoc a été mise sur pied séance tenante, afin de résoudre ce conflit qui s’est rapidement muée en véritable crise sociale.

La commission est d’ailleurs appelée à rendre sa copie dans un mois. Celle-ci a pour
– Président : Aboubakary Haman Tchiouto, Secrétaire général, Région du Littoral.
– SG: Mme la 2e Adjoint Préfectorale du Wouri.
– Rapporteur : M le Délégué Régional MINDCAF.
– Membres : SM Eboumbou Douala Manga Bell, Thomas Tobbo Eyoum, deux Représentants des familles déguerpies, les Élus Soppo Toute Marlyze et Albert Dooh Collins, Dr Roger Mbassa Ndine…
– Personnalités Ressources : Valère Épée.

Il y’a deux semaines en effet, des engins détruisaient complètement le quartier Dikolo à Bali laissant des centaines de familles dans la rue. Suite à cette expropriation le gouvernement pointe du doigt une partie de la population qui serait de mèche avec les nouveaux propriétaires. Seulement, le peuple sawa dans sa globalité ne veut rien comprendre.

Pour beaucoup, Les destructions à Dikolo sont illégales et sont une suite de faux et de comportements mafieux. Une expropriation d’utilité publique ne peut se transférer à un privé en droit. Le peuple sawa quant à lui, ne compte pas baisser les bras.

La semaine dernière, ces derniers ont entrepris une manifestation à Bali à la Rue de la Joie avec pour objectif de s’indigner.

#Dikolo #Bali #Dpouala #Gouverneur