Cameroun : Bernard Njonga, le muscle du monde agricole s’en va.

by Abdoulaye Raman
0 comment

L’ingénieur agronome, activiste, militant agricole et leader politique Bernard Njonga quitte la scène à l’âge de 66 ans. La nuit 21 février a été très dure à supporter pour tous les secteurs auxquels il a eu à appartenir.

Bernard Njonga est décédé dans la nuit du dimanche 21 février 2021 à Amiens en France, des suites de maladie. La presse l’avait baptisé le « José Bové Camerounais », pour son combat contre l’introduction des OGM(Organisation Génétique Modifiée) dans l’agriculture au Cameroun et pour l’amélioration des conditions de vie des paysans.

Digne fils de la région de l’ouest précisément à Bangoua, il passera toute sa jeunesse à Bameka à une quinzaine de kilomètres de Bafoussam.

7MIN POUR CONVAINCRE AVEC BERNARD NJONGA, ACTEUR DE LA SOCIÉTÉ CIVILE, CANDIDAT PR LA PRESIDENTIELLE

Il a réussi les concours du Cuss, (célèbre école de formation des médecins), de l’aéronautique civile d’Alger mais il choisira l’ENSA (Ecole nationale supérieur agronomique).
Bernard Njonga démissionne (il démissionne quand) de la fonction publique deux années après son intégration.

En mars 1988, il crée le Service d’appui aux initiatives locales de développement (SAILD). En novembre de la même année, il fonde le périodique « la Voix du paysan », le journal de l’entrepreneur rural.

En 1999, Bernard Njonga constate que l’importation du poulet congelé est un facteur d’anéantissement du petit éleveur du monde rural. Pour la contrer,il crée 2003 une nouvelle structure, l’Association citoyenne de défense des intérêts collectifs (ACDIC).Cette nouvelle organisation dont il était le président avait pour objectif de mobiliser les bonnes volontés pour lutter contre l’importation du poulet congelé, véritable manne pour les importateurs.

7 MINUTES POUR CONVAINCRE AVEC BERNARD NJONGA, PRESIDENT DU CRAC

De 2003 à 2006, il s’oppose aux pouvoirs publics, et aux importateurs. Bernard Njonga sent sa vie menacée et se sent excorter par trois gardes du corps. En mars 2006, après une longue bataille et mobilisation inédite, les pouvoirs publics reculent et il finit par obtenir gain de cause. C’est ainsi que Le ministre des pêches et des industries animales interdit l’importation du poulet congelé de l’Union Européenne.

C’est une des victoires les plus marquantes de ce défenseur du monde rural. Même si une dizaine d’année plus tard, le poulet congelé a refait surface au Cameroun, conséquence d’une épizootie qui s’était déclarée en 2016. L’impact des actions de cet activiste sur les familles est patent.

Quelques années plus tard il décide de mettre aux grands jours son ambition politique. Le 24 janvier 2018, il présente à la presse son parti politique dénommé « Croire au Cameroun » (CRAC). Il s’appuie sur l’agriculture dont il en fait son cheval de bataille.

La présidentielle de 2018 a été l’occasion pour de vouloir candidater bien qu’il a renoncé par la suite pour les raisons selon lesquelles le climat politique ne tourne pas dans le sens du développement et que son parti politique n’est pas suffisamment mature. C’est donc en 2020 qu’il va décider de participer aux élections législatives et municipales en présentant quelques candidatures dans le littoral, l’Extrême-Nord et l’Ouest

Le président du Crac dit vouloir commencer par la base, avec les paysans.
En février 2020, en pleine campagne électorale, le candidat Bernard Njonga ne bat pas campagne. Il est évacué une première fois vers la France.

La campagne du parti bat de l’aile. Cette fois, il n’a pas pu s’en sortir pour cette deuxième évacuation.
Il quitte la scène sans avoir réalisé son projet politique.

Enregistrer votre adresse e-mail sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.
afrik-inform.com, l’info en un clic.

Leave a Comment