Cameroun : Comment comprendre l’absence du Cameroun au sommet du financement des économies africaines ?

by Larissa Tchinda
0 comment

C’est un secret de polichinelle. L’économie française est en régression en Afrique. Pour cette autre édition du sommet du financement des économies africaines, Emmanuel Macron propose de faire un « New Deal ». Le prétexte évoqué est qu’il faut tendre la main aux économies africaines pour aider les pays à surmonter le ralentissement de leurs économies lié à la pandémie de Covid-19. Toutefois, il sera aussi question de dresser l’état des lieux de l’espace Franc CFA et de souligner la pertinence de la réponse multilatérale. Seulement, le Cameroun va répondre aux abonnés absents. Ni le président de la république, ni le ministre de l’économie ne sera présent.

A lire aussi : CAMEROUN : Paul Biya espère sur un taux de croissance de 8 % à l’émergence 2035 au Cameroun.

De prime à bord, il est bon de noter que c’est la première fois depuis 25 ans que le continent africain connait une récession à cause de la crise sanitaire. L’accès au financement quant à lui a toujours été présenté comme un facteur de la croissance africaine. Pour ce qui est du sommet du financement des économies africaines ce 18Mai 2021, n’ont été conviés que seuls les pays qui ont été durement affectés par la Covid-19 ; et à ce qui parait, le Cameroun n’en fait pas partie.

Pour George MEKA ABESSOLO, Expert Financier, « la non-participation ne cache pas un enjeu majeur, il faut noter que les économies les plus affectées pré-covid et post covid ont été invite car elles ont le plus besoin d’assistance économique et financière. Le Maroc n’a pas été invite comme le Cameroun alors que ce sont des économies motrices de leurs régions respectives. Il n y a donc pas un enjeu véritable de participation car le Cameroun a déjà fait valoir ses propositions et solutions de relance post covid au travers des organisations multilatérales (FMI, BM, BAD, UE) et bilatérales.» Cet avis, a été corroboré en amont par Cécile Valadier, économiste et responsable adjointe du département Diagnostics économiques et politiques publiques de l’Agence française de développement, dans une interview publiée sur le site de l’institution. Pour elle en effet, « les chefs d’État de pays d’Afrique et du G20 se réuniront pour catalyser les réponses financières pouvant être apportées aux pays africains » et l’événement « sera l’occasion d’évaluer les besoins de financements et de voir comment ils peuvent être comblés ».

A lire aussi : Cameroun: l’impact de la rareté de la petite monnaie sur l’économie camerounaise.

Seulement, beaucoup d’analystes restent pantois devant le fait que le Cameroun ne fasse pas partie des 18 Etats conviés à ce grand Rendez-vous. C’est le cas notamment du Dr. Dalvarice Ngoudjou, Economiste et Géo-stratège pour qui, même s’il y’ a un certain nombre de critères qui ont incité les organisateurs de ce sommet à ne pas inviter le Cameroun, «On se demande bien pourquoi le Cameroun qui représente une locomotive pour l’économie dans la zone Afrique centrale ne soit pas représenté ; parce que quand on regarde en Afrique de l’Ouest, pratiquement tous les tenants de l’économie sont représentés. »

Toutefois, cette non-participation du Cameroun, très bien accueillie d’ailleurs par l’opinion publique, augure semble-t-il, un avenir meilleur pour le pays.
En effet, celle-ci place de manière implicite, le Cameroun parmi les pays du monde à avoir bravé et mieux géré la crise sanitaire qui ne cesse de faire des ravages.
Par ailleurs, le Cameroun bénéficiera selon George MEKA ABESSOLO, « des solutions de financement et relance économique à des degrés proportionnels à sa position Régionale, résilience et stabilité économique. Il s’agit principalement du moratoire sur le remboursement de la dette, l’injection de financement et Investissement à taux minimal ou zéro pour la relance des secteurs économiques stratégiques. » Aussi, pour le Dr. Dalvarice Ngoudjou, « L’impact sur notre économie peut être considérable Si les doivent continuer à nous prêter de l’argent pour que nous continuons à importer des trucs chez eux, je ne pense pas que cela aide à quelque chose. ».

A lire aussi : CEMAC : LA BEAC FIXE SES COMMISSIONS À RETIRER LORS DES TRANSACTIONS HORS CEMAC EN 2021.

Ce 18 Mai 2021, il sera donc question à Paris, d’aborder de nombreux enjeux d’avenir, comme les financements nécessaires au développement de l’Afrique, la soutenabilité des dettes publiques, le rôle respectif des prêts et des dons, ou encore le rôle de l’assistance technique. Cyril Ramaphosa (RSA), João Lourenço (Angola), Uhuru Kenyatta (Kenya), Alpha Condé (Guinée), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville), Alassane Ouattara (Côte d’ivoire), Macky Sall (Sénégal), Muhammadu Buhari (Nigéria), Paul Kagame (Rwanda), seront de la partie. La majorité a d’ailleurs déjà regagné Paris à l’heure actuelle. Dirigeants d’organisations internationales, Envoyés spéciaux de l’Union Africaine et Ministres y sont eux aussi attendus.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site web pour recevoir automatiquement nos articles.

afrik-inform.com, l’information en un clic.

Leave a Comment