Cameroun – Crise anglophone : [1er septembre 2020 : Bamenda à feu et à sang]

by Kevin Fotso
0 comment

Le début de ce mois n’a pas été de tout repos pour la ville de Bamenda. Le chef lieu de la région du Nord-ouest vient de vivre un 1er septembre particulièrement agité et rythmé par les fusillades.

C’est le meurtre d’un policier suite à une embuscade tendue par les rebelles sécessionnistes qui a été l’origine des heurts. Alors qu’il menait une opération de patrouille , un détachement de la police va subir une offensive des Amba-boys. C’est pendant les échanges de tirs qu’un jeune inspecteur de police âgé de 28 ans sera assassiné par balles au lieu dit Small Mankon. Il se faisait appeler “Petit Bikolo”.

Après avoir tenté en vain de sauver la vie de leur collègue qui se videra de son sang avant de rendre l’âme, les policiers en service à Bamenda vont décider d’engager des coups de feu à travers la ville.

LIRE AUSSI…ÉDITO : CAMEROUN –CRISE ANGLOPHONE : JOSEPH PRÉPARE LA VENUE DU SAUVEUR. AFRIK-INFORM

C’est une véritable scène de guérilla urbaine que les habitants de Bamenda, qui n’oublieront pas de si tôt le choc décrivent. Même dans certains quartiers administratifs, le bruit des balles a obligé les des hauts cadres à se réfugier sous les bureaux. De manière surprenante, des hommes armés débarquaient dans les marchés et se mettaient à tirer comme on peut l’observer en regardant des vidéos amateurs qui circulent abondamment sur la toile. On aperçoit aussi des femmes, bébés au dos, qui courent dans toutes les directions pour se mettre à l’abri. Certains lieux de commerces ont même été vandalisés.

LIRE AUSSI…CAMEROUN – CRISE ANGLOPHONE: VERS UN ACCORD DE CESSEZ-LE-FEU ENTRE LES BELLIGÉRANTS ?

Pour l’heure, la situation reste très confuse dans la vallée située sous les collines de UP Station. Tandis que certains attribuent les fusillades aux Force de défense et de sécurité, d’autres parlent d’échanges de tirs entre la police et les indépendantistes de la République imaginaire d’Ambazonie. Il en est de même pour le bilan exact de cette folle journée à Bamenda qui reste lui aussi à déterminer.

Enregistrer votre adresse e-mail pour recevoir automatiquement nos articles

afrik inform l’information en un clic

0 comment

Leave a Comment