Cameroun :Introduction du vaccin contre le col de l’utérus, Jean Marc Ngoss écrit à Paul BIYA

by Kevin Fotso
0 comment

Faisant suite à la circulaire N*A/426 du 22 juin 2020 du ministère de l’éducation de base au sujet de l’introduction du vaccin du col de l’utérus et autres infections génitales dans le programme élargi de vaccination au Cameroun, le président national du PEA 48 a écrit au président de la République pour marquer sa désapprobation relativement à la mise sur pied de ce projet de santé publique. 

Prévue pour le 23 septembre 2020, cette campagne concerne environ 339 908 jeunes filles âgées de 9 ans sur l’ensemble du territoire national. Pour celui que les militants du Parti de l’Esprit d’Avril 48 appelle affectueusement Mpodol, “le peuple camerounais […] ne saurait nullement être un peuple de cobayes pour les grosses firmes pharmaceutiques”. Il a tenu à le faire savoir en prenant à témoin l’opinion à travers une lettre ouverte adressée au chef de l’état. En citant le cancérologue français Henri joyeux, Jean Marc Ngoss met en garde face aux effets secondaires de ce vaccin à base de Gardasil et de Cervarix sur la santé de la jeune fille. Il évoque également les expériences de l’Autriche, du Japon et de la France qui enregistrent des cas avérés de complications due à l’usage de ces produits. Il souligne également que selon le Pr Guy Vallancien l’analyse de ce vaccin fait état de l’existence de 26.675 effets indésirables graves.

Jean Marc Ngoss propose cependant de promouvoir la recherche locale, booster nos industries pharmaceutiques afin d’éviter de soumettre nos populations à la prise de produits douteux. De plus, il invite le gouvernement à “renforcer la subvention de l’insuline […] Accroître les centres d’hémodialyse et renforcer la prise en charge des enfants handicapés en général et ceux des autistes en particulier. “

Leave a Comment