Cameroun : La consommation de la drogue : Un fléau en expansion parmi la jeunesse camerounaise.

Cameroun : La consommation de la drogue : Un fléau en expansion au sein de la jeunesse camerounaise.

by Franck Bekima
0 comment

La consommation des stupéfiants par les jeunes ou les adultes est due entre autres à la mauvaise estime de soi, au manque d’emploi, à la dépression, au stress, à la crise sociale etc.

Malgré les raisons pour lesquels la drogue est consommée, elle reste tout de même nocive pour la santé.

Lors de la célébration de la fête de la jeunesse en février 2019, Anatole Maïna, coordonnateur du secrétariat technique du Comité interministériel de lutte contre la culture et le trafic des stupéfiants, organe créée sur instruction du Président de la République, avait déclaré que la couche sociale la plus concernée sont les jeunes de moins de 15 ans car plus de 12.000 d’entre eux consomment les stupéfiants au Cameroun en partie du cannabis.(la drogue dure la plus consommée par la jeunesse, devant le tramadol)

Selon des statistiques du Comité national de lutte contre la drogue (CNLD), 21% de la population camerounaise a déjà expérimenté la consommation d’une drogue.

Ces statistiques indiquent que les consommateurs réguliers représentent 10%, soit 60% des jeunes âgés entre 20 et 25 ans également.

Selon le Dr Fouda, « le cannabis est consommé à près de 60%, associé au tabac au sein de la jeunesse. La demande en Tramadol qui est un antalgique dopant de niveau 2 composé de codéine et d’extropropoxygène, est de l’ordre de 44,8 % et de 12,10% pour la cocaïne, un stimulant puissant, extrait de la feuille de coca.»

Face à cette situation criarde qui affecte les jeunes et met en danger la vie de ceux qui sont considérés comme le fer de lance de la nation, «les autorités attribuent la montée de la criminalité et de la violence en milieu scolaire, à la consommation croissante de la drogue. » affirme le psychologue Dr Talla.

Rappelons qu’avant la montée en grande pompe de ce phénomène, il avait été recommandé au gouvernement de résoudre ce problème en ayant une approche dualiste qui allie fermeté à travers la Loi et la bienveillance.

Pour ce faire, le psychologue Dr Talla estime que pour éviter plus de retombée au sein de la société, il est nécessaire de « sensibiliser les novices pour qu’ils n’entrent pas dans l’engrenage de la consommation, ensuite, interpeller ceux qui sont déjà consommateurs pour qu’ils ne tombent pas sous la dépendance, enfin soigner les toxicomanes et les protéger de la rechute. »

Il conclut ses propos en précisant qu’il «faudrait que le gouvernement mette en place un dispositif fort pour traquer tous les narcotrafiquants qui exposent au quotidien les jeunes à la dépendance de ces stupéfiants.»

Enregistrer votre adresse e-mail sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.

afrik-inform.com,l’info en un clic.

Leave a Comment