CAMEROUN  : LE MINISTRE RENE SADI REPOND AUX EXPERTS DES DROITS DE L’HOMME DE L’ONU.

by Franck Bekima
0 comment

Le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement camerounais, a fait le 14 octobre 2020, une déclaration depuis Yaoundé faisant objet de réponse au communiqué de presse du Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’homme sur la situation du président du MRC et ses partisans privés de liberté depuis environ trois semaines.

Pour avoir organisé des marches dans tout le pays, le 22 septembre 2020 contre le Chef de l’Etat son excellence Paul BIYA et son régime, l’opposant Maurice Kamto, leader du MRC, est depuis lors assigné à domicile. Certains de ses collaborateurs et partisans ayant répondu à son appel à manifester, sont également aux arrêts.

A lire aussi : CAMEROUN – POLITIQUE – GUERRE DES PORTES PAROLES : RENÉ EMMANUEL SADI ÉTALÉ PAR BIBOU NISSACK. AFRIK-INFORM

Réunis le 13 octobre 2020 à Genève en Suisse, les experts des droits de l’homme de l’ONU ont demandé la libération du président du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun et des manifestants politiques. Ils ont aussi exigé aux autorités camerounaises une “enquête impartiale” sur les témoignages de disparitions forcées, détentions arbitraires et mauvais traitements infligés aux manifestants, à en croire Cameroun.net info.

48 heures après la prise de position des experts de l’ONU en faveur des manifestants, le gouvernement camerounais réagit en les accusant de partialité.

A lire aussi : CAMEROUN – POLITIQUE : POURQUOI LE GOUVERNEMENT SE DÉSOLIDARISE DE JEAN DE DIEU MOMO SEULEMENT ÂPRES LA RÉACTION D’ISRAËL ? AFRIK-INFORM

« Le Communiqué de presse rendu public le 12 Octobre 2020, par les Experts-Rapporteurs Spéciaux et par les Groupes de travail sur la détention arbitraire et les disparitions forcées ou volontaires, du Haut-Commissariat des Nations-Unies aux Droits de l’Homme, au sujet des procédures judiciaires régulièrement initiées à l’encontre de certains responsables et partisans du MRC, est une prise de position partiale, subjective et biaisée » a souligné le ministre de la communication et porte parole du gouvernement.

« En tout état de cause, ni le Gouvernement de la République, ni le peuple camerounais dans sa grande majorité, n’entendent s’accommoder indéfiniment des agissements intempestifs d’un leader politique malavisé et de son parti en perdition, qui se sont volontairement mis en marge du champ et du jeu politiques, du fait de faux calculs et de décisions insensées et hasardeuses (…) » a-t-il  rajouté.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.

afrik-inform.com,l’info en un clic.

Leave a Comment