Cameroun : le pays désormais au front contre le paludisme, la tuberculose et le sida.

by Abdoulaye Raman
0 comment

Près 164 milliards de francs CFA contractés auprès du Fond Mondial pour mener à bien la lutte contre le trio paludisme, tuberculose et le sida qui fait des ravages chaque année avec un pourcentage de morts indéfini. Environ 4100 décès ont été enregistrés l’année dernière des suites de paludisme par exemple dans les hôpitaux camerounais.

Aucune possibilité ne sera plus donnée à ces maladies qui s’imposent de plus en plus dans les familles. Pour ce faire, d’importants fonds seront mobilisés pour lutter au cours des deux prochaines années contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Le Cameroun a reçu du Fond mondial environ 164 milliards de francs CFA pour lutter contre ces trois maladies, pour la cause en début du mois de juillet.

Pour le premier ministre camerounais, Dr Joseph DION NGUTE, “le Sida, la tuberculose et le paludisme représentent les plus fortes incidences de mortalité et de morbidité du pays”. Pour apporter un rapport un peu plus explicite, l’agence Spectrum estime que plus de 496.000 personnes vivent avec le VIH en 2021 au Cameroun. Parmi celles-ci l’on trouve 7% d’enfants de moins de 15 ans et 66% de femmes âgées de 15 à 64 ans.

A lire aussi : Où sont passés les bilans Covid de Manaouda Malachie?

Considérant que ces maladies représentent une véritable menace, le gouvernement compte les réduire. Pour réduire l’incidence du sida, le gouvernement a décidé depuis janvier 2020 de la gratuité des dépistages, contrôles de charges virales, médicaments de prévention des infections opportunistes, consultations médicales et prénatales.

A Yaoundé, l’Hôpital central est un pôle de prise en charge des personnes atteintes de ces pathologies. 390 000 personnes sont sur traitement. “On fait des examens normalement aux femmes enceintes, on fait ce qu’on appelle le counseling, cela fait chasser les appréhensions et les préjugés”, témoigne, sous anonymat, un membre du personnel.

A lire aussi : CAMEROUN : Allo MINSANTE…LAQUINTINIE ÉTOUFFE !

“Le gouvernement fait des efforts pour mettre des anti retro viraux à la disposition des citoyens”, soutient une infirmière de l’hôpital de district d’Efoulan, au sud de Yaoundé, qui offre aussi les mêmes services gratuitement, à en croire VOA Afrique.

Le dépistage de la tuberculose est-il gratuit ?

Les chiffres sont plutôt effroyables sur la question. La tuberculose représente 6% de décès par an. Plus de 22.000 cas ont été recensés en 2020, période au cours de laquelle l’Etat a contribué à hauteur de 900 millions de francs CFA pour offrir gratuitement les antibiotiques aux patients.

“Nous allons évoluer vers la prise en charge gratuite parce que les examens seront supportés soit par le partenaire soit par l’Etat”, renseigne Dr Vincent Mbassa, secrétaire permanent de lutte contre la tuberculose.

A lire aussi : Cameroun : “Zéro cas de Fistule obstétricale d’ici 2035” Manaouda Malachie.

Il faut également rappeler que le Cameroun entend faire de la tuberculose un lointain souvenir en 2030. Toute la grande équipe médicale et l’État se rangent en ordre de bataille afin que ça soit une réalité. Le pays, depuis 2016 a supporté entièrement le traitement anti tuberculeux de première ligne et le groupe de médicaments de deuxième ligne sont aussi achetés en partie par l’Etat et l’autre par le fonds mondial de lutte contre la tuberculose, selon Dr Vincent Mbassa.

Les femmes enceintes sont les plus exposées au paludisme.

Le gouvernement se bat autant que faire se peut pour remonter la courbe de couverture. Leur taux de prise en charge reste en deçà des attentes. Il y’a que plusieurs d’entre elles sont encore réticentes. Elles ne prennent pas réellement en compte les visites ou consultations prénatales le plus tôt possible. C’est du moins ce que déplore Dr Dorothy Ashu Fosah Kah, secrétaire permanente du Programme national de lutte contre le paludisme, dans une interview accordée à la chaîne publique.

Toutefois, le taux de prévalence du paludisme est de 20% en 2020 comparé à 30% il y a une dizaine d’années. Près de 4100 décès ont été enregistrés l’an dernier des suites de paludisme dans les hôpitaux. La mortalité infantile a aussi diminué presque de moitié.

En bénéficiant de l’augmentation d’environ 66% de l’enveloppe allouée à la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Joseph Dion Nguté, le Premier ministre du Cameroun, a précisé qu’ “avec l’apparition du Covid -19 une réadaptation du dispositif de lutte contre ces trois maladies s’est avérée indispensable”.

Joseph Dion Nguté a indiqué qu’à la faveur du nouveau mécanisme mis en place, “les interventions en matière de lutte contre le sida la tuberculose et le paludisme vont être renforcés sur l’ensemble du territoire national”.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site internet pour recevoir automatiquement nos articles.

Afrik-inform.com, l’information en un clic.

Leave a Comment