Présenter la rentrée du deuxieme trimestre dans la ville de Douala

Cameroun : Les enjeux de la rentrée du deuxième trimestre.

by Abdoulaye Raman
0 comment

Après deux semaines de congés, les élèves renouent avec le chemin de l’école ce 4 janvier 2021, pour le très décisif deuxième trimestre. Pour certains élèves de la maternelle, du primaire et du secondaire, c’est un nouveau départ emprunt de conviction tandis que d’autres sont encore émotionnels.

A lire aussi : CAMEROUN – EDUCATION : L’ECHEC AU BEPC DONNE LA MORT A UN CANDIDAT DANS LA VILLE DE DOUALA.

Après deux semaines de repos bien mérité, il n’y a plus de temps à perdre. Puisque la rentrée se prépare d’abord à la maison avant le retour en classe, depuis vendredi dernier, c’est le branle-bas dans les différentes familles de la cité capitale économique Douala. Le premier trimestre va du 05 octobre au 23 décembre, tandis que le deuxième trimestre s’étale du 4 janvier au 26 mars 2021.

A lire aussi : CAMEROUN- ÉDUCATION : NALOVA LYONGA PRESCRIT LA VIDÉO SURVEILLANCE POUR LUTTER CONTRE LA DÉLINQUANCE JUVÉNILE EN MILIEU SCOLAIRE. AFRIK-INFORM

Par exemple, rapproché par afrik-inform, la famille Nkotty sise au quartier Nyalla – entrée jeunesse, estime que la rentrée scolaire de ce deuxième trimestre est une affaire très sérieuse. Dans cette famille, les parents ne lésinent pas sur les moyens pour que tout soit à jour. ” Les tenues de classes sont déjà lavées et repassées. Sacs de classe, chaussures et autres matériels sont bien rangés et propres. Le paiement des frais de transport a déjà été fait. Ils n’attendent plus que la reprise des classes”, nous confie Mme Nkotty, la dame de maison. Pour le Chef de cette famille, “le deuxième trimestre est considéré comme le cœur de l’année scolaire parce que décisif pour tous les enfants. Raison de plus pour mettre le paquet. Les enfants ont bien travaillé. Par conséquent, il ne doit rien leur manquer à la reprise des classes. Chacun doit jouer sa partition”.

A lire aussi : CAMEROUN – RENTRÉE SCOLAIRE : DES MILLIERS D’ÉLÈVES REPRENNENT LE CHEMIN DE L’ÉCOLE CE 5 OCTOBRE 2020.

La progéniture de ladite famille est représentée tant au primaire qu’au secondaire. Divine, la plus jeune est élève au Cour Préparatoire (CP), Armelle fait la classe de 4e Allemand et Aris l’un des ainés quant à lui est en classe de Form 4 Arts.

Il convient par ailleurs de rappeler que même si certains parent se s’appesantissent que sur la préparation des besoin nécessaire des élèves, pour d’aucuns il parait surtout urgent de penser à éponger la scolarité de peur de ne pas voir ces derniers être expulsés des salles de classe.

Dans certains établissements scolaires, les réglages ont été faits et dès les premières heures de ce lundi matin. Toutes les dispositions sont prises par les encadreurs pour mettre à l’écart tout élève en marge du règlement intérieur de l’établissement. Les élèves n’ayant pas de coiffures conformes telles prévues par le Lycée Bilingue de Nyalla et le Collège Catholique Saint Charles Borromée sont tout simplement renvoyés dans des salons de coiffure. Pour ne pas avoir de mauvaises appréciations en fin d’année au regard de leurs taches, les enseignants et les responsables sont au four et au moulin.

Dans les écoles primaires, la sérénité est aussi au rendez-vous. Les instituteurs s’attellent à trouver des solutions palliatives aux différentes préoccupations auxquelles ont fait face leurs apprenants depuis le début de la rentrée scolaire 2020-2021. ” C’est une période capitale pour l’avancement des programmes et le niveau des élèves. D’où la nécessité de tout mettre en place pour un meilleur encadrement des enfants et des enseignants”, explique Jimmy Ilende Otto , Responsable d’école maternelle et primaire au quartier Nyalla entrée – jeunesse.

A lire aussi : CAMEROUN – ÉDUCATION : DE NOUVELLES DATES POUR LES RENTRÉES SCOLAIRES ET UNIVERSITAIRES CONNUES. AFRIK-INFORM

Le deuxième trimestre est reconnu comme étant le plus long de tous les trois que compte l’année scolaire au Cameroun. C’est aussi le plus compliqué avec les facteurs climatiques qui émaillent cette période avec notamment la saison sèche. Les enseignants et les élèves devront faire face à la chaleur, la poussière qui sans doute crée la pollution de l’air avec à la clé des maladies respiratoires.

En somme, c’est la réussite qui est primordiale. Toutefois, toutes les batteries sont mises en marche pour atteindre l’objectif final qui est la réussite tant pour les élèves que pour les enseignants.

Enregistrer votre adresse e-mail sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.

afrik-inform.com , l’info en un clic.

Leave a Comment