CAMEROUN : MAUVAISE SANTE DE L’ECONOMIE EN 2020.

by Abdoulaye Raman
0 comment

” Le COVID 19 a provoqué de grave difficulté dans le fonctionnement de notre économie et de notre Société ” C’est le moins que l’on puisse retenir de cet extrait de l’allocution du chef de l’Etat Paul BIYA le 31 décembre 2020 à toute la nation. selon le président, l’économie a eu un coup dans le pays durant l’année écoulée.

A lire aussi : Économie : tout sur l’Institut National de la Statistique.

Le Cameroun étant le poumon économique de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), il a subi une véritable récession au courant de l’année 2020. L’on peut évoquer entre autres la chute des prix pétroliers en partie causée par l’incendie d’un compartiment de la Société Nationale de Raffinage (SONARA) en juin 20190. A cela se greffe également la survenance en mars 2020 de la pandémie du corona virus qui a fait des ravages avec un taux de pourcentage très accéléré et ce jusqu’à maintenant.

Comme ses partenaires de la CEMAC, le pays a dû mettre en place des mesures d’ajustement budgétaire afin de parer au choc des termes de l’échange, rétablir sa stabilité macroéconomique et restaurer la confiance dans la monnaie commune.

A lire aussi : AFRIQUE – ECONOMIE : LE FMI LANCE UNE VENDETTA CONTRE LES CHEFS D’ETAT QUI CACHENT LEURS DETTES EN AFRIQUE DE L’OUEST. AFRIK-INFORM

La croissance camerounaise devrait atteindre 4,3 % cette année. Trois facteurs devraient en principe permettre ce rebond soit l’augmentation de la production de gaz naturel, avec le démarrage des activités d’une nouvelle usine flottante de liquéfaction ; le léger repli du secteur pétrolier, et le dynamisme soutenu des secteurs de la construction, de l’industrie, du logement et des services

Alors que le Cameroun s’est donné pour objectif d’accéder à la catégorie des économies à revenu intermédiaire de la tranche supérieure d’ici 2035, le mémorandum économique de la Banque mondiale publié en avril 2017 soulignait la nécessité d’accroître sa productivité et de favoriser le développement du secteur privé.

Le Cameroun à cet effet a du enregistrer une croissance du PIB réel d’environ 8 % (soit 5,7 % par habitant) sur la période 2015–2035. Pour cela le taux d’investissement est passé d’environ 20 % en 2015 et devra aller jusqu’ à 30 % en 2035.

A lire aussi : CAMEROUN : LE PRÉSIDENT PAUL BIYA OFFRE DES LOGEMENTS MODERNES AUX LIONS INDOMPTABLES DU MONDIAL 90.

La productivité, qui n’a globalement pas progressé au cours de la dernière décennie, atteint 2 %. Ces défis sont considérables ainsi que la revue des dépenses publiques.

Notons que pour la première fois depuis 30 ans, l’économie camerounaise connaît un repli de sa croissance. De 3,7 en 2020, celle-ci plongera au terme de l’exercice en cours à 1,1%. Les effets de cette baisse sont liés à l’impact de la pandémie du Covid-19 notamment la régression de la demande des partenaires commerciaux du Cameroun, couplée à une diminution sensible des cours de matières premières. Sur le plan interne, la baisse de la demande et de l’offre intérieures induite par l’adoption des mesures restrictives de lutte contre le Covid-19.

Enregistrer votre adresse e-mail sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.

Afrik-inform.com, l’info en un clic

Leave a Comment