CAMEROUN : MICHÈLE NDOKI Vs MAURICE KAMTO. QUI PRENDRA LA TÊTE DU MRC EN 2023 ?

by Bertrand Wandji
1 comment

La vice-présidente des femmes du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun est revenue de Côte d’Ivoire avec de gros projets dans ses bagages. Au rang majeur de ces derniers, surplombant l’idée d’une priorité à la bataille pour la libération des prisonniers politiques, se trouve un rêve audacieux, celui de présider aux destinées de son parti d’ici 2023.

Revenue de la Côte d’Ivoire aux premières heures de dimanche après un bref exil, à l’issue duquel elle devra peut-être confier à d’autres exilés encore à l’étranger les conditions de sa réhabilitation, Me Michèle Ndoki vice-présidente du MRC et secrétaire départementale de cette organisation politique pour le compte de Douala 1er a fait son coming back sur les antennes de la chaîne de télévision canal2, en prêtant sa présence à la célèbre émission de Rodrigue Ntonguè, l’Arène.

Lire aussi : CAMEROUN: UNE JEUNE CAMEROUNAISE RÉPOND A MICHELLE NDOCKI QUI SOUHAITE L’ABANDON DU HOLD-UP ÉLECTORAL

Au cours de l’émission, l’avocate a dévoilé son intention d’être prochainement candidate à la présidence du MRC. Une déclaration merveilleuse qui a suspendu l’oreille du monde aux lèvres de celle qui, pour ce poste, a beaucoup d’atouts. Le premier de ces atouts est bien-sûr son engagement politique dont on peut matérialiser le pic entre octobre 2018 et octobre 2019, soit exactement un an, mais un an pendant lequel Michèle Ndoki aura donné jusqu’à son sang à la cause de la renaissance du Cameroun. Arrêtée dans le cadre des manifestations du 26 janvier 2019 après s’être tirée dessus, elle avait ensuite passé 09 mois dans les geôles de la prison principale de Kondengui, un séjour carcéral qui aura déteint sur sa proximité avec le MRC auquel elle appartient toujours et sur sa relation avec le leader de ce parti, Maurice Kamto aux côtés de qui elle avait passé ce séjour.

Lire aussi : Cameroun – Nécrologie : un militant MRC décède à la Prison de New Bell.

Michèle Ndoki a donc beaucoup donné au MRC, de par son sang, de par sa sueur, de par sa liberté mais aussi de par sa prestation mémorable devant les membres du conseil constitutionnel et le peuple camerounais lors du contentieux postélectoral en 2018. Mais au delà de cet atout politique, il y’a l’atout intellectuel ; c’est une avocate au barreau du Cameroun avec une consistance avérée…

Toutefois, la brillante personnalité de la prochaine candidate à la présidence du principal parti de l’opposition compose également avec quelques lacunes. La première apparaît être la méconnaissance des textes et statuts du Mouvement qu’elle aspire à diriger, et toute chose qui pourrait nuire à son image.

En effet, Michèle Ndoki ne sait par exemple pas qu’au regard des statuts du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, le Professeur Maurice Kamto peut encore se présenter en 2023 à sa propre succession, y compris en 2028 s’il le souhaitait, car selon l’article 28 de ces statuts portant sur les élections au sein du parti, « le président national du parti , les vice-présidents […] sont élus […] pour un mandat renouvelable deux (2) fois, au scrutin de liste ». Contrairement à ce que l’invitée de Ntonguè a donc pu déclarer dans l’Arène dimanche dernier, Maurice Kamto n’a pas encore épuisé son droit d’être candidat. Son mandat n’a pas encore été renouvelé et peut se faire deux fois (en 2023 et en 2028), le temps passé à la tête du MRC entre 2012 et 2018 ne rentrant pas de la cadre de cette limitation selon le nouveau statut approuvé en 2018 en son article 48 qui stipule que :

Lire aussi : Marche du MRC le 25 juillet : De nouveaux prisonniers en cours de téléchargement.

« les dispositions de l’article 28 des présents statuts qui limitent à deux (2) le nombre de renouvellement des mandats du président national […] ne s’appliquent pas au mandat exercé avant l’adoption de la modification des présents statuts par la convention d’avril 2018 ».

Michèle Ndoki devra donc faire face à Maurice Kamto s’il souhaite toujours se représenter en 2023, car la loi de son parti le lui permet.

Bien au delà de cette méconnaissance, d’autres faits ne plaident pas beaucoup en la faveur de l’avocate qui est accusée par ses camarades d’avoir abandonné le parti au plus profond de la crise, au moment où les militants et sympathisants incarcérés avaient le plus besoin de son assistance dans leur prise en charge juridique mais aussi alimentaire. Autre fait accablant, ses rencontres secrètes avec le ministre Atanga Nji, premier « bourreau » du MRC et de ses militants, et dont elle a assumé la véracité des faits, ternit l’estime des siens à son endroit.

Tout compte fait, et pour reprendre une formule du président Paul Biya, l’élection présidentielle au MRC est encore lointaine mais certaine, et si Michèle Ndoki la prépare déjà, Maurice Kamto et le reste du MRC sont quant à eux occupés à batailler pour la libération de leurs amis, la résolution de la crise anglophone et la réforme du code électoral Camerounais.

🔵Afrik Inform Tv est accessible et disponible déjà chez 80% de distributeurs d’images au Cameroun.

Vous pouvez nous recevoir sur votre petit écran Via:

  • Tous les décodeurs Free en Afrique subsaharienne.
  • Le réseau Creolink au canal 61
  • Le réseau Swecom Au canal 33
  • Le réseau Tv+ à l’ouest au canal 33
  • Le réseau GIC UCO dirigé par M. #Nkoto ( Groupe d’Initiative Commune des câbleurs de l’ouest) au Canal 50.
  • Le réseau Digitel au Canal 119
  • Le réseau Vino Canal 11
  • Le réseau Mariano
  • Disponible sur la plateforme Limex.tv
  • Sera bientôt disponible sur le réseau Yabadoo.

Nous sommes capté et distribué par 80% de distributeurs d’images au Cameroun.

Vous pouvez exiger notre Chaîne à votre fournisseur d’images en lui transmettant les coordonnées ci-dessous👇
Satellite Amos17 Fréquence: 12252, Symbol rate: 30000, Polarite: Vertical, FEC:3/4.

Téléchargez notre application mobile Afrik Inform via ce Lien 👇
https://play.google.com/store/apps/details?id=com.cetec.afrikinform

Merci de partager

1 comment

Leave a Comment