CAMEROUN – OBSÈQUES DE VICTOR FOTSO : L’ETAT FACE À L’HISTOIRE.

by Romaric Tenda
0 comment

Depuis le décès du richissime homme d’affaire camerounais Victor Photo le 19 mars dernier en France, des fractions se déchirent au sein de sa famille. Querelles familiales, luttes intestines, manipulations et autres comportements déviants sont les principaux maux qui freinent l’accord et l’entente familiale pour conduire ce grand bâtisseur vers son dernier voyage qu’il aurait souhaité ‘Calme’ et ‘paisible’ entre ses fils et filles. Appelé au secours, la décision de l’État du Cameroun est très présent par toute la famille Fotso. Une décision susceptible de tout faire basculer.

À l’origine des désaccords, une histoire de deux milliards de francs CFA qu’aurait laissé le patriarche Victor Fotso dans une banque pour l’organisation de ses obsèques. D’après des informations relayées par la presse camerounaise, certains enfants ont décidé de ne mettre qu’un milliard de deux dans l’organisation précipitée des obsèques de l’ancien maire de Pete Bandjoun. Une roublardise rapidement vue et signalée par d’autres enfants et épouses qui ont rapidement saisis la justice et le consul du Cameroun en France pour stopper cette tentative de détournement des fonds destinés à l’enterrement digne de M. Victor Fotso.Dans une lettre signée par 18 épouses sur les 25 que comptait l’homme d’affaire camerounais, celles-ci sollicitent l’intervention de la justice pour que soient respectées les dernières consignes de leur époux. Mais aussi, elles demandent au consul du Cameroun en France de n’accorder aucune autorisation de rapatriement de la dépouille de leur défunt époux à une autre personne que M. Fotso John. En réaction, le consul a renvoyé l’affaire devant l’État du Cameroun qui devra trancher.

LA DÉCISION DE L’ETAT DOIT POUVOIR RAMENER LA PAIX

Comme le révèle une sagesse africaine: «C’est autour d’un arbre que se soldent les affaires familiales» . L’économie de cette pensée amène à déduire que même pour un prix de décision finale, l’État du Cameroun doit agir dans le souci de ne pas davantage diviser la famille Fotso suffisamment choquée de la disparition de leur baobab. Au-delà des batailles et querelles familiales, Victor Fotso mérite un enterrement à la hauteur de la dimension du personnage qu’il a incarné pour le Cameroun. Bien plus, l’avis de la majorité familiale ne devrait amener l’État à opter pour une décision visant à aller dans son sens, qu’à opter pour la raison pécuniaire. Ainsi donc, l’importance que revêt ce deuil va bien au-delà de certains enjeux pécuniaires.Car Victor Fotso, bien plus qu’un patriarche, était l’un des plus grands bâtisseurs du Cameroun, et un patriote acharné au développement de son pays. Ses entreprises qui comptent à ce jour de milliers d’employés, sont l’exemple même du degré d’espoir que de nombreuses familles chérissent de voir l’ancien maire de Bandjoun être enterré dans la tranquillité. Ainsi donc, l’État du Cameroun, gagnerait à rejeter dans un premier temps, la date du 20 juin 2020 pour le début des hostilités, et laisser la justice se prononcer sur la plainte en cours en ce moment devant les tribunaux et tenir également compte du risque de rapatriement du corps de Victor Photo à ce moment précis ou le coronavirus dicte sa loi.Deuxièmement, l’État doit permettre que M. Victor Fotso, plusieurs fois décoré par lui, et qui lui est toujours resté fidèle, ait des obsèques dignes de son rang et sa posture. Et en fin, dans sa décision, l’État doit pouvoir ramener, la sérénité familiale pour tous les membres de la famille Fotso sans exception, assistant au deuil du Patriarche.

Enregistrez votre courrier sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.

afrik-inform.com, l’info en un clic.

Leave a Comment

Restez informés par email

afrik inform