CAMEROUN – POLITIQUE : LE DÉPUTE JEAN MICHEL NINTCHEU DONNE RAISON A MAURICE KAMTO.

by Romaric Tenda
0 comment

Il existe depuis quelques jours au Cameroun un débat qui s’oppose à deux hommes politiques, Cabral Libii, et Maurice Kamto au sujet des conditions pour les élections libres et transparentes au Cameroun. Le premier ministre, député à l’assemblée nationale, soutien que les inscriptions massives sur les listes électorales passent avant la révision du système électoral. Tandis que le second, principal opposant à Paul Biya, pense qu’il a besoin de réviser tout d’abord le système électoral. À ce sujet, l’honorable Jean Michel Nintcheu, député SDF depuis plusieurs années donne raison à Maurice Kamto.

Dans une sortie libre, le député SDF affirme que: ” Le système électoral consensuel, c’est la panacée ”. S’appuyant sur son expérience en politique et à l’hémicycle de Ngoa-Ekele, M. Nintcheu pense que même avec le nombre d’inscrits actuels, M. BIYA ne peut gagner aucune élection au Cameroun si le système électoral n’est pas taillé à sa mesure. Et comme arguments, il parle notamment du taux d’abstention constant et permanent à chaque fois favorable au régime de Yaoundé. Pour lui, si les camerounais refusent de se rendre désormais dans les urnes et vers les antennes d’ELECAM (c’est tout simplement parce qu’ils ne croient plus au système électoral, élargi) en faveur du parti au pouvoir.

Jean Michel Nintcheu croit dur comme fer que ” c’est quand on parviendra à imposer un code électoral crédible et consensuel que le corps électoral retrouvera la confiance et la masse critique d’électeurs sera atteinte. Seul ce déclic pourra récupérer et doper par la suite la confiance des électeurs. Confiance pour se mobiliser en masse pour aller s’inscrire individuellement. Confiance pour aller inscrire ceux qui ne sont pas encore inscrits. Confiance pour aller retirer les cartes électorales de ceux qui par défiance ne l’ont pas encore fait jusqu’ici ”. Ainsi donc, seule cette révision permet au peuple camerounais de croire que son vote ne sera pas détourné.

Dans son analyse, le député SDF s’appui sur les combats longtemps menés par sa formation politique et la société civile. Ces combats ont quand même lieu sur l’institution des urnes transparentes, la refonte des listes électorales, le combat pour la mise sur pied d’une commission électorale nationale indépendante qui est toujours d’actualité ainsi que l’institution de la biométrie. Malgré toutes ces revendications, l’organe en charge de l’élection reste de ses membres, “ une antichambre du comité central du RDPC ”, soutien toujours Jean Michel Nintcheu. L’impartialité de ses membres est toujours mise en cause, ce qui biaise totalement la crédibilité des résultats issus des urnes.

Toujours selon lui, appeler les camerounais à aller s’inscrire massivement sur les listes électorales sans exiger la révision consensuelle du système électoral, c’est perpétuer et justifier l’habillage juridique de la démocratie et surtout être un complice de la dictature reptilienne. Car, seul un système électoral crédible et consensuel déclenchera inéluctablement la ruée des camerounais vers l’inscription sur les listes électorales. Rappelons que même ELECAM l’organe en charge des élections au Cameroun a reconnu qu’il fallait toiletter le système électoral.

Enregistrez votre courrier sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.

afrik-inform.com, l’info en un clic.

Leave a Comment