CAMEROUN : RAPPORT SEXUEL, GROSSESSE PRÉCOCE, DES SUJETS TABOUS QUI MÉRITENT BEAUCOUP PLUS D’ATTENTION

by Eric Ewane Ngoule
0 comment

Dans la société Camerounaise la pratique des relations sexuelles reste un sujet tabou.

Le manque d’éducation sexuelle cache les plaisirs divertissants qui existent dans la pratique de l’acte. Avec l’évolution de la société, plus précisément de la science, il est découvert que la pratique du sexe reste une excellente thérapie pour l’équilibre psychologique de l’Homme. Sans pour autant omettre de mettre évidence ses effets en cas d’excès. Avec le vif désir de découvrir le plaisir existant, le nombre des cas de grossesse précoce augmente dans le pays, d’où la nécessité pour les autorités compétentes en la matière d’éduquer la jeunesse.

Malgré ses conséquences de plus en plus visible au sein de la société Camerounaise, aucune disposition concrète n’est prise par les autorités compétentes et concernées pour essayer d’apporter solution à ce problème.

Le constat est amère, restent tabou dans les familles, les écoles, les instituons religieuses et tout espace vital de la société des questions de relations sexuelles.

Certains cas de grossesses précoce surviennent suite à la précarité de la condition sociale de la fille camerounaise.

Non-éduquées sexuellement, certaines jeunes filles sont exploitées abusivement en cherchant à gagner leur pain quotidien, comme cadeau en revanche une une grossesse précoce leur est offerte qui hypothèque de plus leur vie et rendent plus difficile leurs situations. À la fin, elles sont livrées à elles-même.

Par ailleurs, certains cas de grossesses surviennent à la recherche du plaisir sexuel chez certains jeunes. D’où le manque d’éducation sexuelle. Ce qui augmente les chiffres de grossesses précoces qui sont obligées une fois mère à se livrer dans la prostitution et au chômage. Pour la plupart, elles ignorent le véritable père de leurs enfants, et sont soutenues par leurs familles ou certains proches.

Un pays sous l’emprise d’une guerre civile, l’éducation sexuelle est d’autant plus négligée par les leaders d’opinions radiophoniques, religieux.

En somme, depuis le commencement de la guerre dans les régions anglophones, l’État camerounais ne fait que constater la montée incessante des cas de grossesses indésirées à travers tout le pays, et reste muet à ce sujet. Les débats politiques affluent l’opinion publique, pendant que l’avenir de ces jeunes mamans reste dans l’ombre et méprisé par les différentes couches de la société camerounaise. Bon nombre d’organisations d’enfants et de femmes plaident pour la prise en main de ces jeunes, jusqu’à présent aucun coup d’œil propice à leur égard.

Enregistrez votre adresse e-mail sur notre site pour recevoir automatiquement nos articles.

afrik-inform.com, l’infos en un clic.

Leave a Comment